Aller au contenu

Parrainer un enfant pour faire respecter ses droits à Morafeno

Protection/Morafeno
239
enfants déjà parrainés
111
ont toujours besoin de vous
25 € / mois
pour aider un enfant et sa famille
Je parraine maintenant
Comment bénéficier d’une déduction fiscale ?

Plus d’1 enfant sur 4 est privé de son droit à une identité à Morafeno

Parrainer un enfant pour faire respecter ses droits à Morafeno

Les violences faites aux enfants, une pratique malheureusement courante

La région de Sofia est la 3ᵉ région de Madagascar enregistrant le taux le plus élevé d’enfants de moins 5 ans non enregistrés (35 %) sur les 22 régions du pays.

Cette situation se reflète à Morafeno où plus d’un enfant sur 4 est privé de son droit à une identité.

Les enfants les plus touchés sont majoritairement ceux issus de ménages ruraux.

Ils sont peu sensibilisés aux démarches administratives à réaliser, résident dans des localités situées souvent à plusieurs kilomètres des tribunaux chargés de délivrer ce certificat ou n’ont que très peu de ressources pour faire face aux frais administratifs.

Faute d’être enregistré à l’état civil, et de disposer d’une identité qui lui est propre, l’avenir de l’enfant est fortement compromis. Il lui sera impossible par exemple de s’inscrire officiellement à l’école, de passer les examens officiels, d’obtenir une carte d’identité, et de s’insérer dans le monde professionnel.

Plus important encore, l’enfant n’ayant pas d’identité est invisible et de ce fait, est particulièrement exposé aux mariages forcés et à toute forme de violence ou de maltraitance.

Le mariage d’enfants touche environ 30 % des jeunes filles de Morafeno et l’âge du premier enfant est de 15 ans pour une jeune fille sur 10.

La région de Sofia enregistre des proportions de mariage d’enfants particulièrement élevés en comparaison à d’autres régions de Madagascar.

54 % des filles entre 20 et 24 ans déclarent avoir été mariées avant leur 18 ans (source MICS 2018).

Cette problématique n’épargne pas les jeunes filles de Morafeno.

Toutes les catégories de personnes interrogées (enfants, parents, leaders communautaires, autorités locales, etc.) reconnaissent que le mariage d’enfants est fréquent.

Au sein du village, les parents encouragent le mariage de leurs filles alors qu’elles sont encore enfant, dans l’espoir que celui-ci leur sera bénéfique à la fois financièrement et socialement, tout en allégeant le fardeau financier qui pèse sur la famille.

En réalité, le mariage des enfants est une violation des droits de l’enfant qui compromet le développement des filles et conduit souvent à une grossesse précoce et à l’isolement social, avec un très faible accès à l’éducation.

83 % de la population a déjà entendu ou constaté des violences à l’encontre des enfants.

La violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde.

À Madagascar, la communauté, les familles, et même parfois les enfants tendent à justifier, voire à valoriser la violence physique à “visée éducative”, largement pratiquée à l’école et au sein de la cellule familiale.

En dépit de cette situation, il n’y a aucune structure communautaire de protection de l’enfance ou de système de signalement des violences faites aux enfants dans la commune de Morafeno.

4 actions prioritaires pour améliorer le droit à la protection à Morafeno

Plus d’1 enfant sur 4 est privé de son droit à une identité à Morafeno

1. Promouvoir et faire appliquer le droit à l’identité

Les familles seront accompagnées dans les démarches d’obtention d’un acte de naissance.

2. Apporter à toutes les personnes qui s’occupent d’enfants les connaissances et les compétences nécessaires pour qu’elles les protègent

La communauté au sens large sera sensibilisée aux droits de l’enfant, et plus particulièrement les organisations de femmes qui sont partie intégrante du maillage social de Morafeno. Les enfants eux-mêmes seront également renforcés dans leur capacité à les exprimer, les revendiquer, et les faire respecter, au travers d’actions ludiques.

3. Infléchir les pratiques néfastes telles que le mariage d’enfants, en particulier pour les jeunes filles

Au-delà de la sensibilisation, cela implique par exemple de leur donner un meilleur accès à l’éducation, et de soutenir les familles dans cette transition.

4. Écouter les enfants et prendre en compte leur avis

Pour comprendre leurs préoccupations et leur situation.

Afin de garantir une protection durable aux enfants de Morafeno, ces actions seront pensées et mises en œuvre avec les enfants, les communautés, les leaders communautaires, les autorités locales et les services déconcentrés.

Rêves d’enfants : la série podcast pour découvrir le travail de l’Association dans le monde

Plus de 30 000 enfants parrainés depuis 1990

Parrainer un enfant, c'est quoi ?

Témoignages

Faire défiler vers le haut