Aller au contenu

Parrainer un enfant pour qu’il ait accès à l’eau potable à Salagnac 

Parrainer un enfant pour qu’il ait accès à l’eau potable à Salagnac 
200
enfants déjà parrainés
100
ont toujours besoin de vous
25 € / mois
pour aider un enfant et sa famille
Je parraine maintenant
Comment bénéficier d’une déduction fiscale ?

Parrainer un enfant pour qu’il ait accès à l’eau potable à Salagnac 

Parrainer un enfant pour qu’il ait accès à l’eau potable à Salagnac 

L’accès à l’eau est aussi largement disparate, 85 % des Haïtiens en zone urbaine y ont accès contre 43 % en milieu urbain.

Pour pouvoir se fournir en eau, les enfants en particulier les filles, sont envoyés chercher de l’eau, au détriment de leur scolarité. De plus, pour que celle-ci soit potable, elle doit être chauffée et traitée avec du bois ou du charbon, des ressources rares en Haïti. Par conséquent, la consommation d’eau non potable est fréquente, entraînant des maladies comme la diarrhée qui l’une des causes majeures de la mortalité chez les moins de 5 ans.

La situation sanitaire des enfants parrainés de Salagnac

Parrainer un enfant pour qu’il ait accès à l’eau potable à Salagnac 

56 % des enfants utilisent de l’eau de pluie et des sources ou rivières qui ne sont pas potables. Cette consommation entraîne des maladies hydriques et diarrhéiques qui mettent en danger les enfants.  

A cela s’ajoute, les temps de trajet invivables au quotidien pour s’approvisionner en eau.

94 % des enfants doivent marcher plus de 1h30 pour atteindre la source d’eau la plus proche, soit 3h de marche aller-retour juste pour répondre aux besoins quotidiens. Cela représente un temps considérable au quotidien, entravant parfois le temps consacré aux études. 

Dans la région du Plateau de Rochelois, l’approvisionnement en eau pour les usages domestiques était, avant les années 80, particulièrement difficile : il fallait en moyenne 2 à 3 h de marche pour accéder aux quelques sources situées sur les versants du plateau. Tous les systèmes de culture étaient calés sur un régime pluvial et le maraîchage était très peu développé. 

La construction des premières citernes familiales pour recueillir l’eau de pluie à partir du toit des maisons a démarré à partir des années 80. Grâce à des financements de la Coopération, 200 citernes familiales et quelques bassins communautaires alimentés par des impluviums ont été construits (un impluvium est un système permettant de capter et de transporter les eaux de pluie vers un lieu de stockage). 

Aujourd’hui, un millier de citernes familiales existent sur le Plateau des Rochelois, qui est devenu une zone de production maraîchère très importante du pays. Cependant, les nouvelles familles récemment installées ne bénéficient pas de citerne familiale. 

2 actions prioritaires pour améliorer le droit à l’eau à Salagnac

  • Renforcer l’accès à l’eau des familles,
  • Former les jeunes à la construction et à l’entretien de ces ouvrages, très importants pour le développement socio-économique de leur région.

Rêves d’enfants : la série podcast pour découvrir le travail de l’Association dans le monde

Plus de 30 000 enfants parrainés depuis 1990

Parrainer un enfant, c'est quoi ?

Témoignages

Faire défiler vers le haut