Reportage sur France 3 : Revivez la rencontre émouvante entre des parrains et leurs filleuls au Sénégal !

Mobilisons-nous pour la Journée mondiale de l’eau !

Solutionnons les problèmes d'accès à l'eau !

L’eau, une source vitale: 11% de la population en est privée !

Pour les français et les françaises avoir accès à une eau propre et salubre, c’est aussi simple que d’ouvrir un robinet .

Cependant, pour des millions de personnes dans le monde, c’est un voyage quotidien harassant, laborieux et parfois dangereux !

Aujourd’hui encore, 2,1 milliards de personnes vivent sans eau potable à la maison et 2.6 millions de personnes meurent, chaque année, de maladies hydriques

Les conséquences du manque d’accès à l’eau et aux services essentiels comme l’hygiène ou l’assainissement provoquent sur les populations des carences qui ont sur leur vie des conséquences catastrophiques.

Les villageois qui n’ont pas d’infrastructures assainissement, eau et hygiène subissent des maladies hydriques.

Certaines activités productives agricoles ne peuvent pas se développer sans accès à l’eau.

Pour les enfants, cela a non seulement un impact sur leur santé et leur bien-être, mais peut aussi être préjudiciable à leur éducation et à leurs perspectives d’avenir :

  • Les enfants doivent aller chercher l’eau au lieu d’aller à l’école,
  • Les écoles sans infrastructures deviennent un endroit à haut risque d’infections,
  • Les écoles sans dispositifs pour accompagner les jeunes filles menstrualisées les empêchent d’être scolarisées,
  • les enfants sont les premières victimes de diarrhée

Chaque jour, 1400 enfants meurent faute d’eau potable et d’équipements sanitaires de base*.

journee de leau

Chaque jour, plus de 1 400 enfants de moins de cinq ans meurent de diarrhée. Plus de la moitié de ces décès sont dus à un manque d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

  • L’accès à l’eau potable et un assainissement et une hygiène appropriés peuvent permettre d’éviter une proportion importante des maladies diarrhéiques
  • La diarrhée, maladie que l’on peut prévenir et traiter, est la deuxième cause de mortalité chez l’enfant de moins de 5 ans,
  • La diarrhée est l’une des grandes causes de malnutrition chez l’enfant de moins de 5 ans.

Depuis bientôt 30 ans, Un Enfant par la Main est engagé auprès des enfants et familles défavorisés.

Son combat pour l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous est une des priorité menée au sein des programmes communautaires de parrainage.

Notre objectif : faire que chaque enfant puisse boire une eau potable et ne meurt pas de simples maladies diarrhéiques.

Grâce à nos parrains et donateurs, nous agissons pour permettre un accès à l’eau au plus grande nombre mais les besoins sont encore immenses !

Qu’elle soit potable ou dédiée à l’agriculture, l’eau est une ressource indispensable.

A ce titre, nous forons des puits, installons des systèmes de canalisation, des systèmes de pompages, construisons des citernes familiales, communautaires, équipons les foyers de filtre à eau etc…

Les actions de l’Association pour que chacun accède à l’eau

Équiper les foyers de filtre à eau au Cambodge

journeeeau

Dans le district de Chhloung au Cambodge, 60% des ménages utilisent des sources d’eau insalubre.

Le plus souvent de l’eau non bouillie provenant des ruisseaux ou des puits ouverts.

Ces situations de consommation d’eau impropre entraîne chez les enfants des diarrhées, des fièvre et à une mauvaise santé en général.

Grâce au soutien des donateurs, et aux actions de nos équipes au Cambodge, l’association apporte des solution simple et économique.

La famille de Chenda, âgée de six ans, est l’une des nombreuses familles qui ont pu recevoir un filtre à eau à installer dans leur maison.

Grâce à cet équipement, la santé de toute la famille s’est grandement améliorée.

Chenda, témoigne :

Avant d’avoir le filtre à eau, je buvais de l’eau du ruisseau et j’avais régulièrement de la diarrhée et de la fièvre.
Maintenant, je bois de l’eau propre à partir du filtre à eau et ma santé est bien meilleure »

Forer un puits et raccorder un village en eau au Honduras

journeeeau

Au Honduras, 1 million de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau propre, soit 12% de la population.

1,8 millions vivent sans avoir accès à un assainissement de base, ce qui représente près de 23% de la population du pays.

La municipalité de Lepaterique est composée de 51 communautés. Parmi celles-ci, la communauté de Junacate comporte 27 familles, qui vivent principalement de la culture du maïs et du café, de l’horticulture et de l’extraction de résine. La communauté n’a accès ni à l’eau courante, ni à l’électricité, et ne dispose pas de latrines. Les pratiques de défécation en plein air favorisent ainsi la contamination des sources d’eau, la rendant impropre à la consommation et favorisant le développement de maladies hydriques.

Grâce au soutien d’entreprises et de particuliers, l’Association a pu :

  • forer un puits de 122 m de profondeur et d’une capacité de 90l par minute avec un système de pompage électrique autour duquel un mur de soutènement a été construit pour protéger le site ;
  • aménager un nouveau réservoir d’eau d’une capacité de 19 000 litres ;
  • rénover le réservoir d’eau existant (capacité de 19 000 litres) ;
  • construire des canalisations sur plus de 600m ;
  • installer un système de pompage ;
  • distribuer de l’hypochlorite de calcium pour le traitement de l’eau du puits ;
  • distribuer  10 filtres à eau pour chacune des classes des deux écoles afin de compléter ce dispositif et assurer une consommation d’eau saine pour les 110 enfants scolarisés;
  • former et renforcer les compétences du comité de gestion de l’eau pendant 3 mois

En savoir plus sur ce projet 

Relier en eau potable les villages ruraux de Keyit et d’Abamote en Ethiopie

journee de leau

 

Chaque année en Ethiopie, 250 000 enfants meurent faute d’accès à de l’eau potable, soit 28% des décès chez les enfants de moins de 5 ans.

Plus d’1/3 des foyers éthiopiens n’ont pas accès à une source d’eau potable.

En moyenne, 1 éthiopien dispose de 10 à 15 litres d’eau /jour dans un rayon de 1.5km.

Dans le district de Bassona Worana, seulement 58% des points d’eau se situent à – de 1,5km du lieu d’habitation des populations.

1 à 2h de marche sont nécessaires pour collecter de l’eau issue de sources non protégées (rivières, puits…). Les femmes et les filles sont en première ligne pour la corvée d’eau,
1/3 des maladies sont liées au manque d’eau et d’hygiène.

Hors, l’accès à l’eau joue un rôle essentiel dans la réduction des maladies hydriques, par exemple la quantité d’eau permet de diminuer de 25% les diarrhées, le lavage des mains de plus de 40%.

Il est donc primordial de permettre à 3 085 personnes, soit 670 foyers, d’avoir accès à de l’eau potable à moins de 30 minutes de marche.

Un Enfant par la Main et son partenaire ont développé un système d’accès à l’eau potable, avec la :

  • Construction d’un captage d’eau de source et d’un réservoir de 4m3,
  • Prolongation de canalisations sur 10km au niveau d’un réservoir de 50m3,
  • Construction de 3 points de distributions d’eau,
  • Installation d’un transformateur électrique au niveau du réservoir de 50m3 pour un approvisionnement continu en eau,
  • Mise en place d’abreuvoirs pour le bétail et de bassins de lavage pour le linge.

Construire des citernes dans la chaîne des matheux pour les familles en Haiti

journee eau

Dans la région, les pluies sont regroupées d’avril à octobre.

Malgré l’abondance des pluies durant cette période de l’année, l’eau s’infiltre en profondeur dans le substrat calcaire, aucun réseau d’eau n’est apparent dans la région et les sources sont très peu nombreuses.

Chaque jour, les femmes et les enfants passent des heures pour aller chercher de l’eau aux sources, à pied sur les chemins escarpés : l’eau pour la boisson mais aussi celle pour la cuisine, pour la lessive, pour l’hygiène, …

Durant la saison sèche, le débit des sources diminue fortement : ce sont alors plusieurs heures que les enfants passent quotidiennement à la source pour remplir un petit bidon, pendant la nuit ou au lever du jour, avant d’aller à l’école.

Bien souvent, si l’attente à la source est trop longue, les enfants reviennent tard à la maison, trop tard pour être acceptés à l’école.

Outre les besoins importants des familles, les activités agricoles sont elles aussi dépendantes de l’accès à l’eau.

Dans la région, l’agriculture est exclusivement sous régime pluvial : la majorité des parcelles ne peuvent être emblavées qu’à partir du début de la saison pluvieuse, ce qui limite la durée de la saison culturale. De même, les difficultés d’accès à l’eau en saison sèche rendent la conduite de l’élevage très compliquée et de nombreux animaux meurent chaque année faute d’abreuvement suffisant. Les animaux représentent pourtant une forme d’épargne très importante pour les familles et l’agriculture constitue la principale source de revenu.

 

Ayant bien compris à quel point cette question de l’accès à l’eau est cruciale dans la région, Un Enfant par la Main a fait son axe d’intervention prioritaire depuis quatre ans.

Différentes formes d’ouvrages de stockage des eaux de pluie ont été construits :

  • bassins de rétention des eaux situés en fond de vallon qui réceptionnent les eaux qui ruissellent sur les versants,
  • bassins de réception des eaux de pluie qui ruissellent sur les chemins ruraux,
  • citernes communautaires qui récupèrent les eaux de pluie sur les toitures des écoles et des marchés dans les localités de Descombes et de Raimonsin,
  • citernes familiales qui récupèrent les eaux du toit des maisons des familles.

En savoir plus

 À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars, levons ensemble les barrières d’accès à l’eau !

* Les services élémentaires ou de base désignent le fait pour chaque foyer de disposer d’une source d’eau potable protégée à moins de trente minutes de son domicile, de toilettes ou latrines améliorées privatives, et d’installations permettant le lavage des mains au savon et à l’eau dans la maison.

 

 

Plus de 30 000 enfants parrainés depuis 1990

Share This