Nos actions humanitaires au Kenya

Nos actions humanitaires au Kenya
Rejoignez nos
345
parrains et marraines
25 € / mois
pour aider un enfant et sa famille
Je parraine maintenant
Comment bénéficier d’une réduction fiscale ?

Découvrez les actions menées grâce à vos parrainages

Zoom sur nos actions humanitaires au Kenya

Avec notre partenaire, nous sommes présents au Kenya depuis les années 1960.

Nos actions humanitaires au Kenya se traduisent par la mise en place des programmes d’aide et de développement notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé pour les enfants et les jeunes.

37 012 enfants sont inscrits dans ces programmes d’aide et de développement.

A titre d’exemple, voici  les résultats de quelques actions menées avec notre partenaire au Kenya :

  • Ces programmes d’alimentation complémentaire ont bénéficié à 8295 enfants et adultes
  • Des moustiquaires imprégnées d’insecticide ont été distribuées pour les enfants de moins de 5 ans, afin de réduire les cas de Malaria,
  • Les écoliers ont bénéficié de la rénovation de leurs classes (amélioration de la ventilation, de l’éclairage, des installations sanitaires),
  • Des serviettes hygiéniques ont été distribuées aux jeunes filles afin de limiter notamment l’absentéisme scolaire dû aux cycles menstruels,
  • Des programmes de rééducation ont pu bénéficier à des enfants atteints de divers handicaps.

 

Le Kenya en 2018

Éducation

Au Kenya, plus de 13% de la population est encore analphabète.

84% des enfants en âge de fréquenter l’école primaire sont scolarisés.

La parité à l’école n’est pas encore respectée.

La scolarité est gratuite au Kenya jusqu’à l’âge de 14 ans.

Mais les parents doivent faire face à certains frais (uniformes, livres).

De plus, la qualité de l’enseignement n’est pas identique dans le secteur public à celle dans le secteur privé.

Santé publique

En 2014, le taux de mortalité infantile est de 51 enfants pour 1000 naissances, et celui des mères à l’accouchement est de 400 pour 100 000 naissances, en 2013.

Le taux d’enfants de moins de 5 ans souffrant d’insuffisance pondérale est équivalent à 16,4%.

En effet, les maladies infectieuses représentent un risque élevé pour la population :

  • le climat et l’environnement favorisent la dengue et le paludisme,
  • les maladies diarrhéiques, l’hépatite A et la fièvre typhoïde transmises par l’eau ou la nourriture sont également très fréquentes.

Le nombre de médecins est de 0,2 médecin pour 1000 habitants ce qui est extrêmement faible. A titre de comparaison, en France, ce chiffre est de 3,5.

Les dépenses du gouvernement en matière de santé sont insuffisantes (4,5% du PIB en 2013).

Aujourd’hui, 41% de la population n’a pas accès à une source d’eau potable améliorée.

68% de la population n’a pas accès à un système d’assainissement, en particulier les populations rurales.

Économie

L’économie repose principalement sur les secteurs des services et de l’agriculture.

La majeure partie de la population travaille dans le secteur de l’agriculture.

Depuis quelques années, le Kenya connaît une croissance économique relativement élevée, notamment grâce :

  • à l’amélioration des conditions climatiques,
  • et aux nouvelles découvertes de réserves de pétrole et de gaz naturel qui ont dopé les investissements.

Cependant, cette croissance est insuffisante pour améliorer les conditions de vie de la population.

En effet, les inégalités de revenu restent présentes.

Si la pauvreté a diminué ces dernières années, 43% de la population vit encore en-dessous du seuil international de pauvreté (1,25 dollar par jour).

Au-delà de la persistance de la pauvreté, on constate l’émergence d’une classe moyenne qui représenterait 20 % de la population totale et contribue au maintien d’une demande intérieure soutenue.

Depuis plusieurs années, la situation de sécurité alimentaire du Kenya pose problème du fait de périodes récurrentes de sécheresse et d’une organisation du secteur agricole globalement déficiente.

 

Share This