Nos actions humanitaires en Haïti

Nos actions humanitaires en Haïti
2 242
enfants actuellement parrainés
A partir de 25 € / mois, soit
8,50 € / mois
après déduction fiscale
Je parraine
Comment bénéficier d’une réduction fiscale ?

Découvrez les actions menées grâce à vos parrainages

Zoom sur nos actions humanitaires en Haïti

Depuis 1974, nous intervenons en Haïti, le pays le plus pauvre des Amériques.

Nos actions humanitaires en Haïti répondent à des besoins en lien avec :

  • l’éducation,
  • la formation,
  • l’agriculture familiale,
  • le développement durable,
  • l’accès à l’eau.

Actuellement, le soutien des parrains permet de scolariser 2 289 enfants  dans 60 établissements scolaires partenaires.

Grâce au soutien de bailleurs institutionnels comme l’Agence Française de Développement (AFD), nous sommes venus en aide aux victimes de l’ouragan Matthew d’octobre 2016.

Reportage sur le parrainage en Haiti

Les résultats de quelques actions menées en Haïti

  • Réhabilitation d’établissements scolaires pour améliorer l’environnement éducatif (toitures, latrines, bancs, construction de bibliothèques,…)
  • Sensibilisation des jeunes à l’hygiène pour lutter contre les maladies (choléra)
  • Sensibilisation des jeunes aux bonnes pratiques environnementales
  • Accès à l’eau par la construction d’ouvrages hydrauliques (bassins, puits, citernes) et diversification agricole dans 4 zones du pays : Verrettes (Chaîne des Matheux), Salagnac (Plateau des Rochelois), Gros Morne et Port Salut.
  • Accès à l’éducation pour les enfants (frais de scolarité, uniforme, manuels scolaires)

 

Le cadeau solidaire qui change la vie des enfants

Haïti en 2018

Éducation

Le secteur éducatif, comme de nombreux autres secteurs, souffre depuis longtemps, d’un manque cruel de moyens de la part de l’État Haïtien.

Le gouvernement ne parvient pas à structurer et assurer un enseignement commun à l’ensemble des établissements.

Une faiblesse qui affecte le corps enseignant dont certains de ses membres manquent de compétences et/ou n’appliquent pas les normes et standards permettant un enseignement de qualité.

Une qualité mitigée affecte directement le futur des enfants puisque environ 15% d’entre eux redoublent ou abandonnent.

Un problème de taille pour un pays de 10 millions d’habitants dont 34% de la population est âgée de moins de 15 ans.

Une richesse qui s’avère être un défi de taille.

Actuellement, la majorité des établissements scolaires sont privés, gérés par des organisations religieuses, des institutions à but non lucratif ou des organisations non gouvernementales.

Le secteur du privé comptabilise 80% des écoles du primaire qui accueillent 80% des enfants de ce niveau scolaire.

En 2015, encore 200 000 enfants n’étaient pas scolarisés (source : Banque mondiale).

La situation s’améliore depuis 10 ans, le taux d’alphabétisation s’élevant à 60,7%.

Cependant, la forte proportion d’écoles privées qui pratiquent les frais de scolarité, représente un réel frein pour de nombreux foyers auxquels il faut ajouter les dépenses liées aux transports, aux matériels scolaires et à l’uniforme (obligatoire).

Outre les enfants non scolarisés, le pays regorge d’enfants sur-âgés qui fréquentent les écoles primaires (source : UNICEF) entraînant un problème d’infrastructures et d’effectifs malgré les 17 000 écoles et 100 000 enseignants du pays.

Santé publique

Le pays doit régulièrement faire face aux caprices de la nature comme l’atteste l’ouragan Matthew d’octobre 2016 alors que le pays commençait juste à se remettre des précédentes catastrophes naturelles (tremblement de terre de 2010 et ouragan Sandy de 2012).

Cet incident majeur a causé des inondations et des glissements de terrain à travers le pays (10 départements touchés) et a, en partie, dévasté :

  • les habitations,
  • les récoltes,
  • les services de base (écoles, centres de santé, hôpitaux, etc.) notamment dans les départements les plus touchés : les Nippes, la Grand’Anse et le Sud.

Les populations ayant perdu une majorité de leurs biens se sont déplacées dans les villes, entraînant une surpopulation de ces dernières.

Le problème d’accès à l’eau qui a touché dans un premier temps les zones meurtries par l’ouragan, c’est répandu à l’ensemble du pays.

Un autre problème récurrent est lié aux maladies puisque de nombreux cas de choléra ont été détectés, certains suite à l’ouragan Matthew.

Les établissements publics de santé souffrent d’un manque de moyens matériels et humains.

Une situation critique puisque la majorité des haïtiens n’a pas les moyens financiers d’accéder à des soins privés.

Économie

Actuel pays le plus pauvre des Amériques, Haïti comptabilise près de 60% de sa population sous le seuil de pauvreté.

L’économie du pays repose à 40% sur le secteur de l’agriculture.

Un domaine d’activité à taille humaine, fortement vulnérable aux conditions climatiques, comme l’atteste les précédentes catastrophes naturelles (tremblement de terre en 2010, ouragan Sandy en 2012 et Matthew en 2016) qui ont touché le pays.

A cette précarité agricole, d’autres maux dont souffre Haïti (pauvreté, corruption) permettent de mieux comprendre les freins majeures du développement économique du pays.

Le classement de l’IDH (Indice de Développement Humain) démontre parfaitement la situation du pays puisque d’après ce dernier, Haïti se retrouve en 163ème position sur 188 pays.

Actuellement, et ce depuis plusieurs années, le pays doit compter sur l’intervention des autres pays notamment les États-Unis et les pays européens pour maintenir une viabilité financière.

Les aides étrangères ou les soutiens budgétaires directs représente 20% du budget annuel de Haïti.

 

Share This