Aller au contenu

Instabilités en Haïti : la situation en matière de protection de l’enfant en Haïti reste préoccupante !

Instabilités en Haïti la situation en matière de protection de l'enfant en Haïti reste préoccupante !
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Association > Instabilités en Haïti : la situation en matière de protection de l’enfant en Haïti reste préoccupante !

Les défis des équipes d’Un Enfant par la Main en Haïti

Depuis plusieurs années, la situation générale en Haïti s’est très fortement dégradée, au vu des difficultés que nous rencontrons sur place, nous tenions à vous faire part de la dure réalité à laquelle doivent faire face les enfants, les familles et nos équipes au quotidien.

Un Enfant par la Main met tout en œuvre pour mener à bien ses actions au sein des programmes de parrainage tant il nous tient à cœur d’être à la hauteur de la confiance que les enfants ont placé en nous. Ainsi, les activités de l’association se poursuivent avec une vigilance et une exigence accrue.

Cependant le fonctionnement de nombreux aspects des parrainages, comme les correspondances, demeure fortement perturbé.

Depuis 2018, Haïti traverse des multiples crises de plus en plus fortes, longues et violentes.

  • Le grand banditisme s’est fortement développé dans tout le pays et plus particulièrement à Port-au-Prince, la capitale, où se trouve notre siège local.  Le risque d’enlèvement ou de braquage à main armée est très élevé pour les Haïtiens comme pour les expatriés et fait peser une menace constante et moralement pesante sur la population et sur nos équipes.
    Cette situation rend les déplacements compliqués et dangereux dans les zones métropolitaines et sur les principaux axes routiers du pays. Les sorties sud et nord de la capitale sont contrôlées par des gangs violents. Les multiples vols de véhicules et les rançonnages systématiques de passagers entrainent des blocages réguliers et rendent ces passages très risqués. Dans certaines régions, les habitants ne peuvent plus sortir travailler et les enfants ne peuvent plus se déplacer pour aller à l’école du fait de cette menace constante pour leur sécurité.
  • Une profonde crise sociale, économique et politique. Comme nous le rappelle l’assassinat du président Haïtien Jovenel Moïse en juillet 2021. Cette crise généralisée entraîne régulièrement de violentes manifestations et le blocage du pays – « peyi lok » en créole. Les pénuries de carburant limitent les déplacements et entrainent des coupures de courant puisque les centrales électriques du pays en sont dépendantes pour leur fonctionnement. Sans électricité, c’est l’ensemble des moyens de télécommunication qui est paralysé.
  • Des catastrophes naturelles à répétition, qui font d’Haïti l’un des pays les plus touchés au monde. En août 2021, la Grande Ile est à nouveau frappée d’un séisme alors que le pays est encore meurtri de l’impact de l’ouragan Matthew de 2016. Le bilan est souvent très lourd avec des voies de communication bloquées, des antennes relais endommagées, la fermeture des écoles, etc. Cette surexposition aux risques naturels accentue inévitablement la vulnérabilité des familles les plus fragiles et compliquent davantage le travail de nos équipes sur le terrain.

Les impacts sur les programmes de parrainage et les enfants que nous aidons

La situation chaotique du pays a malheureusement des répercussions sur la vie de vos filleuls et de leurs familles, ainsi que sur le travail de nos équipes sur place qui s’efforcent d’assurer un suivi des programmes dans des conditions particulièrement difficiles.

  • Limitation des déplacements et renforcement des mesures de sécurité.

Depuis plusieurs mois, afin de limiter les risques et pour faciliter la bonne mise en œuvre des programmes, l’association a renforcé les mesures de sécurité et a demandé aux équipes de limiter leurs déplacements entre Port-au-Prince et les différents programmes. Le suivi des enfants parrainés et des projets mis en œuvre dans les programmes de parrainage se poursuit néanmoins grâce aux équipes basées dans les zones d’intervention.

  • De très forts ralentissements des correspondances entre parrains et filleuls.

En raison des difficultés de déplacements de l’équipe du siège d’Un Enfant par la Main-Haïti, où sont reçus les courriers et cadeaux des parrains pour leur filleul(e), et où transitent les courriers des enfants, les correspondances accusent des retards importants. Le courrier d’un enfant peut ainsi mettre plus de 5 mois à vous parvenir. L’instabilité des réseaux de télécommunication et le taux d’équipement en téléphonie et internet extrêmement faible des familles auprès desquelles nous intervenons freinent considérablement la transmission à distance de vos messages ou ceux des enfants.

  • Des retards concernant la distribution des cadeaux aux enfants.

Actuellement, nous vous encourageons à ne pas envoyer de cadeaux matériels aux enfants afin que les équipes puissent concentrer leurs efforts sur la poursuite des projets pour assurer la sécurité alimentaire, l’accès à l’éducation ou encore le renforcement des moyens de subsistance des familles.

  • Augmentation des délais de réponse aux demandes concernant un enfant en particulier.

Etant donné que les familles de nos programmes en Haïti n’ont accès ni au téléphone, ni à internet, toute demande spécifique pour un enfant nécessite un déplacement systématique de nos équipes. Dans le contexte actuel, nos équipes sur le terrain limitent leurs déplacements afin d’assurer leur sécurité, et concentre leurs interventions pour venir en aide au plus grand nombre. Merci de bien vouloir prendre en considération les fortes contraintes sur le terrain et prévoir un rallongement des délais de réponse aux demandes concernant votre filleul(e).

  • Risque possible de déménagement des familles.

En effet, dû à la situation économique et sécuritaire extrêmement préoccupante, certaines familles font le choix de déménager dans des régions plus épargnées des violences, ou alors quittent leur foyer pour rejoindre d’autres membres de leur famille ou trouver du travail. Dans ces cas-là, nos équipes ne peuvent plus rester en contact avec ces familles et le parrainage s’arrête. Si l’enfant que vous parrainez quitte prochainement le programme, cela signifie une chose : nous devons redoubler d’efforts. Poursuivre nos actions pour rendre les communautés plus attractives économiquement, soutenir davantage les familles afin qu’elles puissent y vivre dignement et de manière autonome. Enfin, redoubler d’efforts pour que chaque enfant puisse poursuivre sa scolarisation dans les meilleures conditions, être entendu et protégé. Alors que les familles d’Haïti peinent à sortir de crise, nous nous devons d’agir à leurs côtés pour que les choses changent et nous avons la conviction que les actions que nous menons aujourd’hui sont plus utiles que jamais.

Continuons à nous mobiliser pour protéger les enfants

Que ce soit au siège ou dans le réseau des écoles dans la capitale à Port-au-Prince, à Bombardopolis, au Nord ; dans le programme de la Chaine des Matheux, au centre du pays, ou encore dans le programme Salagnac, au sud ; nos équipes assurent la continuité de nos actions avec la même exigence de transparence et de redevabilité, et ce, malgré le contexte.

Relevons ces défis, car c’est aujourd’hui que les enfants d’Haïti ont le plus besoin de nous.
En ces moments particulièrement troublés, merci infiniment pour votre confiance et votre engagement pour les enfants d’Haïti.

Votre soutien fait toute la différence et leur rappel, qu’ensemble, un changement est possible.

 

 

Plus de 30 000 enfants parrainés depuis 1990

Share This
Faire défiler vers le haut