Reportage sur France 3 : Revivez la rencontre émouvante entre des parrains et leurs filleuls au Sénégal !

Léa, « reporter »pour Un Enfant par la Main raconte le voyage des parrains au Sénégal

Léa, "reporter"pour Un Enfant par la Main raconte le voyage des parrains au Sénégal
Une expérience humaine incroyable

Léa a tout juste 20 ans, elle vit à Nantes et parraine un petit garçon malien depuis 7 ans. Elle est actuellement en formation d’éducateurs de jeunes enfants.
En septembre dernier, elle décide de participer au voyage de parrains organisé au Sénégal du 20 au 29 novembre 2018.
A cette occasion, Léa a accepté d’être les yeux l’Association et d’écrire un journal de bord pour vous faire vivre cette expérience unique.

Cette rencontre entre parains et filleuls lui a permi de se projetter dans sa propre rencontre avec son filleul qu’elle espoir aller voir un jour.
Dans son journal de bord, Léa a retracé les moments forts de ce voyages, ses impressions, ses émotions et celles de ses compagnons de voyage.

Départ pour le Sénégal : nous faisons connaissance !

 

Léa, "reporter" d'Un Enfant par la Main, raconte le voyage des parrains au Sénégal

 

Le jour J est enfin arrivé !

Le départ pour Dakar est prévu dans quelques heures et depuis plusieurs jours déjà un mélange d’émotions m’anime. Je suis excitée de partir à l’inconnu dans cette incroyable aventure, j’éprouve un peu d’appréhension et de nombreuses questions me traversent l’esprit.
Je suis convaincue que ce voyage sera mémorable.

Les premiers parrains arrivent et nous faisons connaissance.
Une bonne ambiance s’installe et nous essayons à tour de rôle de retenir le prénom de chacun.
Ce n’est pas une mince affaire, nous sommes 23 !

Nous embarquons. Ça y’est, c’est le départ. Plus de retour en arrière possible. Dans 6 heures nous serons à Dakar.
Il est 1h du matin, l’avion vient de se poser au Sénégal. Bagages en mains, un partenaire nous accueille et nous accompagne vers la sortie de l’aéroport. Le groupe se dirige vers le mini bus. Nous y rencontrons Doudou, notre guide pour les 10 jours. Plusieurs hommes montent nos valises sur le toit du mini bus à la force de leurs bras. Un spectacle rare et surprenant !

Ensuite, nous entrons dans le mini bus. Tâche au premier abord complexe : des personnes sont assissent sur les strapontins du milieu, d’autres à 4 au fond du bus entre 2 valises. Fou rires assurés.

 

Le bonheur des parrains lors de la rencontre avec les filleuls

Léa, "reporter" d'Un Enfant par la Main, raconte le voyage des parrains au Sénégal

Tous les parrains se retrouvent pour partager le petit déjeuner. Nous partons à 9h pour Mbour, Thiès et Dakar.
Chaque parrain à penser à son/sa filleul(le) en lui amenant des petits présents:

  • un maillot de foot,
  • des vêtements,
  • des fournitures scolaires…

Le départ approche et les émotions se font sentir.  Nous sommes 12 parrains à partir en direction de Mbour pour rencontrer les filleuls. Durant les 1h30 de trajet, notre guide nous pose des questions sur nos connaissances du pays, de la culture, de l’histoire Sénégalaise.

Plus on s’approche, plus les émotions sont intenses. Une marraine s’interroge, comment ma filleule va-t-elle réagir ?
Une autre marraine se demande, ma filleule va-t-elle me reconnaître ?
Vais-je la reconnaître ?
Comment les rencontres vont-elles se dérouler ?

Que de questions encore sans réponses.

Après avoir traversé de nombreux villages et découvert le paysage local, le guide nous informe que nous arrivons.
Dernier virage et le bus s’arrête. Petit à petit les parrains descendent du bus. Nous sommes tous un peu fébriles et émus.
Je suis ébahie par ce spectacle qui se déroule sous mes yeux.

Les femmes du village forment une haie d’honneur devant nous et jouent d’un instrument en dansant.
Elles ont mis leur plus belle tenue. Des robes blanches, oranges et vertes pour certaines et oranges et bleues pour d’autres.
Les membres de ChildFund Sénégal, le partenaire local d’Un Enfant par la Main sont également présents et nous font signe d’avancer pour aller nous asseoir plus loin. Les enfants de l’école maternelle sont là. Tous habillés de leurs tenues traditionnelles. Ils nous observent avec attention. Les filleuls et leurs familles sont également présents dans la foule. Les femmes continuent de danser et jouer de la musique.
Les parrains installés, les membres de ChildFund Sénégal prennent la parole à tour de rôle pour nous accueillir et nous souhaiter la bienvenue . Une marraine sur ma droite aperçoit sa filleule et inversement.

La première rencontre est éphémère et timide, quelques mots sont échangés.
Les enfants de l’école maternelle font un spectacle, dansent et chantent plusieurs chansons « Qui sont les plus forts ?
C’est nous les plus forts », « Salam Aleykoum ». L’accueil est chaleureux et riche.

Après ces premières rencontres riches en émotions nous reprenons le bus pour aller à l’école du village.

Un deuxième temps fort nous y attend.

Une centaine d’élèves forment une haie d’honneur, les filles à gauche et les garçons à droite.
Tous chantent en cœur en tapant dans leurs mains. J’observe les parrains et je vois leurs yeux humides. Des émotions fortes et poignantes nous prennent. Je sens que les larmes me montent. Larmes d’émotions, de bonheur d’être ici et de faire leur rencontre.

Nous faisons le tour des salles de classes où les élèves nous accueillent en chansons.
Les membres de ChildFund Sénégal nous expliquent tout ce qui est mis en place dans l’école grâce aux dons :

  • construction de sanitaires,
  • de clôtures pour protéger les enfants des animaux sauvages,
  • construction d’un puits…

Retour au lieu de départ. Les parrains rencontrent ou retrouvent leurs filleuls.
Pendant 1 heure les parrains échangent avec les enfants et leurs parents, les cadeaux sont offerts et les discussions sont riches.

Durant cette journée, je n’ai pu m’empêcher de penser à Bakary.
7 ans de parrainage, 7 ans d’échanges, 7 ans d’histoire. J’avais 13 ans et il en avait 6.

Aujourd’hui j’ai 20 ans et il en a 14. Nous sommes deux enfants qui ont grandit et partager ensemble.
Les émotions sont d’autant plus grandes quand maintenant on sait ce que signifie cette rencontre pour les parrains.
J’espère que notre jour viendra, que l’on pourra se rencontrer et se serrer fort dans nos bras.

Léa, "reporter" d'Un Enfant par la Main, raconte le voyage des parrains au Sénégal

 

Nous partageons le déjeuner avec les familles. Nous dégustons un met traditionnel, 8 personnes assissent au sol autour du plat.
Les enfants préfèrent manger avec leur main tandis que nous utilisons une cuillère. Nous rafraîchissons nos papilles avec le célèbre Bissap, boisson à base de fleurs d’hibiscus. Le repas prend fin et il est déjà temps de se dire au revoir.

Chaque parrain profite des derniers instants avant de monter dans le bus.

 

Léa, "reporter"pour Un Enfant par la Main raconte le voyage des parrains au Sénégal

 

Quels souvenirs gardez-vous de la rencontre d’avec votre filleule ? C’es la question que j’ai posé à plusieurs parrains.

La rencontre fut très émouvante, trop brève et donc un peu frustrante. Beaucoup de bonheur et une détermination à poursuivre cet engagement aussi longtemps que possible pour voir ma filleule grandir et se construire.

Je garde évidemment de cette rencontre avec ma filleule un souvenir très émouvant, une petite fille d’abord toute timide et qui petit à petit s’apprivoise et finit par me sourire ; une maman très souriante et en même temps très digne pour qui l’école et l’éducation sont très importantes. Un proverbe Sénégalais dit : « Éduquer une fille, c’est éduquer toute une nation ».

Notre rencontre avec notre filleule fut distante du fait de la langue et de sa réserve.

 

 

A la découverte de territoires authentiques et riches

Les jours qui suivent Doudou nous fait voyager à travers tout le littoral Sénégalais. En passant par :

  • la visite de l’île de Gorée,
  • du lac rose,
  • du désert de Lompoul,
  • de Saint-Louis,
  • de la troisième réserve ornithologique mondiale,
  • de Joal-Fadiouth,
  • par la rencontre avec de nombreuses associations comme Village Pilote, ENDA,
  • sans oublier les soirées Africaines au son des djembés ou de la kora.

Tout cela au rythme Africain « Doucement le matin, pas trop vite l’après midi ».
Des rendez-vous en terre inconnue authentiques et riches, où nous avons pu rencontrer les populations locales, partager avec eux leur mode de vie et plusieurs déjeuners. Une immersion totale dans la vie locale, dans la culture du pays et dans la réalité dans laquelle la population vit. Elle est sujette à de nombreuses problématiques sociales, notamment la pauvreté et les enfants des rues, tous les enfants n’ont pas accès à l’éducation et aux soins, beaucoup d’actions sont encore à mettre en place pour les aider.

 

Léa, "reporter"pour Un Enfant par la Main raconte le voyage des parrains au Sénégal

Retour en France avec plein de beaux souvenirs

Le retour en France est prévu en fin de journée.
J’éprouve un peu d’amertume…le séjour est passé trop vite !

Quoi qu’il en soit, ce voyage fut riche en émotions, en remise en questions et en rencontres.
Un séjour inoubliable, qui concrétise les actions misent en œuvre par l’association Un Enfant Par La Main et ses partenaires en faveur des droits des enfants.

Voici comment des parrains ont décrit ce voyage :

  • Fabuleux,
  • Riche »,
  • Extraordinaire,
  • Tout simplement merveilleux.

Le voyage a pu allier 3 aspects essentiels :

  • la rencontre avec ceux qui, dans les organisations et les ONG, par leurs initiatives font avancer les projets,
  • la rencontre avec nos filleuls,
  • le tourisme.

Notre voyage fut différent de tous ceux que nous avons pu faire, de part la difficulté de vivre au quotidien, loin de notre imaginaire.

Share This