Davidson, en Haiti nous parle de l’équipe parrainage !

Davidson, référent technique parrainage en Haïti a accepté de répondre à notre interview et nous expliquer le travail de l’équipe  » parrainage » sur place dans la Chaîne des Matheux.
Une équipe qui s’est constituée suite à l’ouverture d’un nouveau programme de parrainage dans la région.

En juin 2017, suite à la fusion entre ESF et UEPLM, et compte tenu des besoins des écoles de la 6ème section de Verette dans la Chaîne des Matheux, l’Association a décidé d’ouvrir un programme de parrainage pour soutenir les enfants et les familles de 5 des écoles de la zone.

Très vite, en novembre 2017, Marie Sophie LACARRAU, journaliste et Ambassadrice de l’Association s’est rendue mission en Haïti.
Suite à cette mission, les demandes de parrainages ont été nombreuses, nous permettant aujourd’hui d’accompagner 270 enfants grâce au parrainage.
Un exploit dans un temps record.

Comment les écoles, les familles, et les enfants parrainés vivent-ils leur parrainage ?

Grace à ce programme de parrainage, les écoles qui bénéficient de l’aide mutualisée sont davantage impliquées et responsables vis à vis des élèves, de leurs familles, et des villageois.

En décembre 2017, l’école Benoit Batraville qui comptait 92 élèves ; compte aujourd’hui pour l’année scolaire 2018-2019, 240 élèves.

Bon nombre d’enfants de la zone qui n’avaient pas eu la chance d’ aller à l’école faute de moyens économiques sont maintenant scolarisés dans les cinq écoles soutenues par le programme de parrainage de la Chaîne des matheux.

Grâce au parrainage, les écoles bénéficient d’une subvention qui permet de faire fonctionner l’école.

UEPLM est chargé de distribuer :

  • des uniformes,
  • des kits scolaires,
  • des kits pédagogiques,
  • des sacs d’écoles,
  • des manuels scolaires.

Nos réalisations en 2018 dans la chaine des matheux

Les habitants de la 6eme section sont très vulnérables et très défavorisés, en conséquence la majorité d’entre eux n’a pas la possibilité d’envoyer ses enfants à l’école. Avec ce programme de parrainage, la situation commence à s’améliorer pour :

  • les parents,
  • les élèves,
  • les professeurs,
  • les directeurs pédagogiques,
  • les directeurs fondateurs,
  • les écoles.

La distribution des kits pédagogiques et du matériel didactique améliorent l’enseignements des professeurs qui disposent d’outils adaptés à l’apprentissage des enfants.

Les parents sont beaucoup plus engagés dans la scolarité de leurs enfants. Ils comprennent l’importance du parrainage.

Pour certains parents qui ont déjà un enfant parrainé, ils peuvent grâce à l’aide mutualisée du parrainage, scolariser leurs autres enfants.
Cela permet que de diminuer le taux d’absentéisme dans les écoles du programme.

Peux-tu nous présenter en quelques mots, les personnes qui travaillent avec toi au suivi des parrainages sur la CDM ?

Il y a tout une équipe qui travaille sur le programme de la Chaîne des matheux.

Davidson LORD, âgé de 41 ans, père de 2 enfants

Davidson Lord

Éducateur de formation avec une spécialisation en sciences de l’éducation. Il a travaillé dans l’enseignement.
Davidson a rejoint Un Enfant par la Main en Haïti comme Référent Technique de Parrainage.
Il assure la bonne mise en œuvre du suivi des partenariats et a sous sa responsabilité  les animateurs auxquels il apporte son soutien technique. Il est placé sous la responsabilité directe du Chef de Mission , travaille en étroite collaboration avec la chargée de gestion des parrainages (CGP)et a pour tâches :

  • d’élaborer des stratégies en vue d’améliorer la qualité du programme de parrainage,
  • d’assurer la bonne mise en œuvre du programme des parrainages,
  • de réceptionner et analyser les projets de la Chaîne des matheux,
  • d’assurer le suivi de réalisation des petits projets scolaires, et d’identifier les besoins des écoles,
  • de valider les comptes rendus des animateurs,
  • de superviser la remise des subventions,
  • d’organiser des réunions annuelles entre  directeurs /directrices,
  • de vérifier et valider les budgets prévisionnels annuel,
  • de vérifier et valider les rapports financiers,
  • d’identifier / analyser les problèmes de gestion ad /fin des parrainages.

Enès DARELUS, âgé de 31 ans, célibataire et orphelin de père

Il a une formation en sciences juridiques, il a été professeur des sciences expérimentales et est titulaire de la classe 4e AF de l’école Benoit Batraville.

Il a rejoint UEPLM comme Référent parrainages CDM sous la responsabilité du Référent Technique des Parrainages et de la Chargée de Gestion des parrainages, il a la charge la mise en œuvre et le suivi des activités de parrainages menées par l’association dans la CDM.

Vanessa ROMULUS, femme mariée, mère de famille

Elle a rejoint UEPLM comme chargée de gestion des parrainages .
Elle travaille en collaboration avec Enès Darélus pour le suivi du programme de la CDM.

Pierre Richard JULOT, âgé de 35 ans, père de famille, marié

Il a une formation d’éducateur avec une spécialisation en sciences de l’éducation.
Il fait aussi des études en sciences juridiques et journalisme.
Il a travaillé dans l’enseignement pendant dix ans comme enseignant en espagnol et lettres modernes.
Il a rejoint UEPLM comme animateur de suivi et pédagogique.

Pierre David PALENQUET, Animateur pédagogique et de suivi des parrainages au sein de l’organisation

Formé en science de l’éducation, niveau bac +5 et un master 1 en gestion des systèmes d’éducation et de formation.
Il réalise des rencontres avec les directeurs de chaque école du réseau afin de recueillir des informations sur la gestion des subventions versées annuellement par UEPLM.

Quel est le rôle des animateurs comme Pierre David?

Pour mener leur mission, les animateurs utilisent des documents comme :
– Le protocole de partenariat qui comporte les différentes clauses que le directeur doit respecter.
– Le budget prévisionnel et les rapports financiers qui prévoient les différentes tâches que les directeurs doivent effectués pour prendre en charge les enfants parrainés.

Les animateurs planifient les visites à partir d’un planning trimestriel pour s’assurer que chaque école ait au moins une à deux visites sur l’année scolaire. Pour s’assurer que les enfants parrainés sont réellement bénéficiaires des subventions annuelles que versent UEPLM, ils organisent des réunions avec les parents des enfants parrainés de chaque école du réseau afin qu’ils puissent témoigner de ce que leurs enfants ont bénéficié durant l’année.

Ils leur apportent quelques conseils pour gérer leurs enfants à la maison, leur apprennent le savoir vivre.

Pendant les visites d’écoles, ils observent les salles de classes, et les méthodologies d’enseignement des professeurs pour s’assurer que les règlements établis par le ministère de l’éducation national soient bien respectés. Apres chaque visite, ils rédigent des comptes rendus de visite de chaque école et des réunions avec le service de parrainage pour les informer de la situation sur le terrain.

En quoi agir sur l’éducation, est-il priorité en Haïti ?

L’école, la vraie, se donne un objectif, une mission, et est consciente de son rôle et de l’ampleur du défi qu’elle doit relever en tant qu’instrument de cohésion sociale, de développement économique, social et culturel de la communauté. Tel n’est pas le cas pour l’école haïtienne qui ne parvient pas à offrir un avenir aux générations montantes. Il est alors primordial de réfléchir à des solutions permettant l’amélioration du niveau de l’éducation en Haïti, en particulier dans les zones rurales. Le monde rural étant le plus durement touché par les problématiques liées à l’éducation, les catégories sociales les plus défavorisées y étant surreprésentées impliquant de ce fait une grande pauvreté et une domesticité des enfants.

Les besoins sont énormes, voilà pourquoi il est nécessaire d’agir pour relever le niveau de l’enseignement – apprentissage dans nos écoles rurales. Nous estimons que l’appui d’UN ENFANT PAR LA MAIN (UEPLM) au niveau de matériels didactiques et pédagogiques dans ces écoles s’avère être primordial pour accompagner le processus. En effet, les crises socio-économiques et politiques qu’a connues Haïti ont fortement impacté les conditions de vie des enfants. Ces enfants vivent dans la violence, dans l’abus d’autorité, l’intolérance et l’injustice sociale sous toutes ses formes. Ajoutés à un cadre scolaire défaillant, une pénurie de ressources humaines qualifiées, un manque de matériels didactiques et pédagogiques, un manque de moyens pour payer les enseignants… Le secteur éducatif haïtien dégringolera si aucun soutien ne lui est apporté.

 

Share This