Skip to content

         Covid-19 : nos équipes restent joignables !
#Prenezsoindevous !

L’enregistrement des naissances au cœur de la protection des enfants

10 000€ grâce au concert de Chow Ching Ling
230 millions d’enfants de moins de 5 ans dans le monde n’ont pas d’existence légale
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Association > L’enregistrement des naissances au cœur de la protection des enfants

Vivre avec une identité, c’est un droit !

L’article 7 de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, stipule que : « l’enfant est enregistré dès sa naissance et a, dès celle-ci, le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux ».

En Asie par exemple, plus de la moitié des enfants de moins de 5 ans ne sont pas enregistrés (59%). En Afrique sub-saharienne, ils sont 37% et 4% pour le reste du monde.
Source Unicef – Rapport sur l’enregistrement des naissances

Et pourtant, déclarer son enfant à la naissance est plus qu’un droit !

Les causes du non enregistrement des naissances sont nombreuses :

  • Eloignement des services d’enregistrement : dans le monde 80% des enfants de moins de 5 ans sont enregistrés en zone urbaine alors qu’ils ne sont que 50% en zone rurale du fait des distances à parcourir. En Asie du Sud, ces chiffres passent respectivement à 53% et 34%.
  • Faibles ressources financières : pour les personnes vivant en zone rurale, le déplacement jusqu’au bureau de l’Etat civil peut être couteux car à plusieurs jours de trajet de leur village. Partir deux jours pour déclarer son enfant, se loger, manger et devoir faire le trajet en sens inverse est inenvisageable. De même, si la déclaration de l’enfant n’est pas effectuée dans le délai légal, des démarches administratives sont nécessaires et engendrent des frais supplémentaires.
  • Manque de connaissances : certains peuples autochtones ou minorités ethniques ne vont pas disposer des documents dans leur langue. Parce qu’ils sont illettrés, les parents n’imaginent pas la valeur de l’enregistrement de la naissance de leur enfant. En Inde par exemple, quand la maman est illettrée, le pourcentage d’enfants déclarés est de 27%. En revanche, si la maman est allée à l’école jusqu’à l’âge de 12 ans et plus, le taux passe à 74.2%.
  • Peurs et coutumes : peur de devoir payer des taxes si l’on déclare ses enfants. Pour certains peuples, il est interdit de divulguer le nom de son enfant avant 7 jours et même parfois une année ; certains pays obligent les parents issus de minorités à déclarer leur enfant sous un autre nom que celui de sa minorité…

Sans identité légale : les enfants encourent de grands risques

Sans certificat de naissance, les enfants sont à la merci de toutes les violences, travail forcé, mariage précoce, emprisonnement abusif, séparation de leurs proches… « Que l’enfant soit victime ou délinquant, la connaissance de son âge est déterminante pour la qualification de la peine. Elle ne sera pas la même si l’enfant est mineur, mais sans acte de naissance, comment prouver l’âge de l’enfant ?

En 2004, après le Tsunami, beaucoup d’enfants indonésiens ont été placés dans des camps de réfugiés. « Pour les parents qui ont réussi à retrouver leurs enfants, ils n’avaient cependant pas les papiers nécessaires pour prouver le lien de parenté et les récupérer, même si les enfants les identifiaient comme des personnes chères ».  Source – Livre de Laurent Dejoie et Abdoulaye Harissou, Les enfants fantômes.

Le certificat de naissance : une promesse d’avenir

Par son enregistrement à l’Etat civil, l’enfant dispose d’un document appelé acte de naissance.
Ce papier officiel lui offre une protection : accès aux soins, à l’éducation, possibilité de passer ses examens, accès à la citoyenneté, droit de se marier et de voyager …

A l’échelle d’un pays, l’enregistrement des naissances est le seul moyen d’anticiper l’évolution de sa société, de disposer de données statistiques réalistes qui lui permettent de planifier ses actions telles que les campagnes de vaccinations, le développement d’infrastructures médicales, scolaires, sociales …

Le travail d’un Enfant par la Main et ses partenaires pour reconnaître ces enfants :

Depuis 2 ans, Un Enfant par la Main mène une campagne d’enregistrement au Mali où 1 enfant sur 4 n’a pas d’identité. Grâce à vous, 2600 enfants maliens ont obtenu leur certificat de naissance.

Dans la continuité de cette campagne, c’est en Indonésie que nous souhaitons concentrer l’essentiel de nos efforts.

En effet, plus de 50 millions d’enfants ne sont pas déclarés et parmi eux 8 millions sont âgés de moins de 5 ans.

Parce que chaque enfant compte, avec notre partenaire ChildFund Indonésie nous souhaitons enregistrer 2 000 enfants dans la ville et le district de Kupang et pérenniser les actions de sensibilisation menées auprès des communautés en partenariat avec les autorités locales.

J’offre un certificat de naissance !

Plus de 30 000 enfants parrainés depuis 1990

Share This
Scroll To Top