Aller au contenu

Objectif de développement durable numéro 2: Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l'agriculture durable

Mettre un terme à la faim: pourquoi est-ce important ?

Assurer la sécurité alimentaire

L’Objectif de développement durable n°2 vise à mettre un terme à la faim et à la malnutrition sous toutes leurs formes d’ici 2030, en faisant en sorte que toutes les personnes, en particulier les enfants, aient accès à une alimentation suffisante en quantité et en qualité, tout au long de l’année.

Avant la crise de la COVID-19, les estimations prédisaient que le nombre de personnes touchées par la faim dépasserait les 840 millions d’ici à 2030.

Les causes de la faim dans le monde sont variées :

  • les mauvaises pratiques de récolte et le gaspillage alimentaire,
  • les guerres qui affectent la disponibilité de la nourriture et les terres cultivables,
  • la dégradation de la biodiversité due à l’activité des hommes et le changement climatique qui exerce une pression supplémentaire sur les ressources dont nous dépendons.

“Tous les enfants ont le droit de jouir du meilleur état de santé possible et d’avoir une nourriture suffisante et équilibrée. “ (Article 24 de la CIDE)

Les enfants sont les principales victimes de la faim dans le monde. La malnutrition est la cause de près de la moitié (45%) des décès d’enfants de moins de 5 ans, soit 3,1 millions d’enfants chaque année.

Les causes majeures de la malnutrition chez l’enfant sont la pauvreté, le manque d’accès à l’eau potable, à l’assainissement, aux soins médicaux, à l’éducation et à l’alimentation.

Les enfants doivent avoir accès à une alimentation équilibrée pour pouvoir se développer correctement aussi bien physiquement, qu’intellectuellement.

L’article 24 de la CIDE évoque l’obligation des États à réduire la mortalité des enfants, à lutter contre la malnutrition et ce, en fournissant à la population informations, eau potable, aliments nutritifs, en cas de besoin.

Santé et nutrition sont intimement liées dans la CIDE et de la garantie de ces droits dépendent la réalisation de bien d’autres. Par exemple, des études ont montré que la malnutrition des enfants impacte fortement leur éducation : des carences alimentaires chez les enfants de moins de deux ans peuvent être associées à de mauvaises performances scolaires une fois atteint l’âge d’aller à l’école.

Ce constat montre également que les programmes contre la faim des enfants doivent commencer avant même que l’enfant ne vienne au monde, ils doivent commencer dès la grossesse de la mère.

Quelques chiffres 

  • La majorité des personnes souffrant de la faim dans le monde vivent dans un pays en développement, où 12,9 % de la population est sous-alimentée.
  • L’Asie est le continent qui compte le plus de personnes souffrant de la faim – les deux tiers de la population totale.
  • Un enfant sur quatre dans le monde souffre d’un retard de croissance. Dans les pays en développement, cette proportion peut aller jusqu’à un sur trois.
  • 66 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire dans les pays en développement ont faim lorsqu’ils sont en classe, 23 millions en Afrique seulement.

Si les femmes des régions rurales jouissaient au même titre que les hommes d'un accès à la terre, à la technologie, aux services financiers, à l'éducation et aux marchés, le nombre de personnes souffrant de la faim serait réduit de 100 à 150 millions.

Les enjeux d’ici 2030

Afin de réaliser l’ODD 2, plusieurs cibles ont été fixées pour 2030 :

  • faire en sorte que chacun, y compris les nourrissons, ait accès tout au long de l’année à une alimentation saine, nutritive et suffisante,
  • mettre fin à toutes les formes de malnutrition et répondre aux besoins nutritionnels des adolescentes, femmes enceintes ou allaitantes,
  • doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires,
  • mettre en œuvre des pratiques agricoles résilientes,
  • préserver la diversité génétique des semences,
  • accroitre l’investissement en faveur de l’infrastructure rurale etc.

Le travail est encore long et les enjeux toujours plus importants.

Conséquence de la crise sanitaire actuelle, environ 135 millions de personnes supplémentaires risquent de souffrir d’insécurité alimentaire d’ici à la fin de l’année 2030. Les personnes déjà vulnérables le deviennent davantage en raison des conséquences économiques et logistiques de la pandémie de COVID-19.

Je laisse l'Association choisir le pays de mon filleul
Je parraine
en donnant tous les mois
25€
28€
30€

Le parrainage d’enfant, un levier pour éliminer la pauvreté

La crise sanitaire mondiale risque de se transformer petit à petit en une crise alimentaire. La production alimentaire totale mondiale est pourtant suffisante pour nourrir l'ensemble de l'humanité. Créer des modèles d’agriculture durable qui inclut les populations locales, intégrer l’alimentation dans les programmes d’éducation pour un plus grand impact alimentaire sur les enfants, intervenir en particulier pour la survie et la croissance des nourrissons, sont des solutions pour lutter contre ce fléau.

Grâce aux différents programmes de parrainages, Un Enfant par la Main agit pour permettre aux enfants et à leurs familles de manger à leur faim. 

Ce panier de nourriture était très important non seulement pour moi, mais pour toutes les familles qui font partie du programme de parrainage. C’est formidable de savoir qu’il y a des gens qui nous aident. Ce panier de produits de première nécessité fait la différence dans notre quotidien. Beaucoup sont au chômage, de nombreux parents ont cessé de travailler et la vie est très dure.

Ajay, maman en Inde

Les objectifs de développement durable en action

Visuels Home site 2021 (3)

En Ethiopie, les chèvres ont un rôle important dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle des familles vivant en zones rurales, en particulier dans les régions pluviales où la production agricole est incertaine et où l'élevage de grands ruminants est limité par une pénurie aiguë d'aliments et de fourrage.

L'élevage caprin présente des avantages économiques et de gestion distincts par rapport aux autres animaux d'élevage :

  • investissement initial moindre, faibles besoins en intrants,
  • prolificité élevée, facilité de commercialisation...).

Une chèvre permet de fournir quotidiennement du lait, du fromage et du yaourt pour les enfants, améliorant ainsi leur santé nutritionnelle et les moyens de subsistances des familles d’agriculteurs.

Récemment, 105 chèvres ont pu être achetées et distribuées à 35 foyers en Ethiopie, dans le district de Fentale. ChildFund Ethiopie, notre partenaire local, a sélectionné ces ménages vulnérables ayant été déplacés pour cause de conflit.

 

760px × 460px – image dans page Word press (6)

Au Vietnam, en 2019, Un Enfant par la Main et son partenaire local ChildFund Vietnam ont mis en place une cantine scolaire dans la commune de Quoc Toan.

L’école maternelle de la commune qui accueille 121 élèves, ne disposait pas de cantine. Ainsi, les repas étaient préparés dans l’école primaire se situant à 4 kilomètres de distance et arrivaient souvent froids, surtout en hiver. La faible qualité des repas servis à l’école pouvait également représenter un frein à la scolarisation des enfants.

Cette construction a permis d’impliquer professeurs et parents d’élève qui ont participé activement à la mise en œuvre des activités. Une cantine de 39,6m2 a été construite, et l’équipement nécessaire à son bon fonctionnement a été fourni :

  • réfrigérateur,
  • feux de cuisson économes,
  • filtres à eau.

La cantine et ses nouveaux équipements permettent désormais de servir aux enfants des repas chauds et des goûters répondant à leurs besoins nutritionnels ce qui, à moyen et long terme, devrait faire reculer le taux de malnutrition chez ces écoliers.

Des ateliers de nutrition ont ensuite été organisés pour fournir une formation / des conseils sur la pratique de la nutrition au personnel scolaire et aux parents d’élèves. Lors de cet événement, du lait et des compléments en calcium ont été distribués  aux enfants.

Un Enfant par la Main poursuit actuellement son soutien aux activités d’amélioration de la sécurité alimentaire au Vietnam, via la distribution de micronutriments aux enfants et aux femmes enceintes.

Haïti Améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement des enfants et familles de la Chaîne des Matheux

Une évaluation de la sécurité alimentaire en situation d’urgence (EFSA), menée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) en février 2016, a estimé à environ :

  • 3,6 millions le nombre d’haïtiens en situation d’insécurité alimentaire (700,000 ménages) dont 1,5 million (300,000 ménages) en insécurité alimentaire sévère.

Les petits producteurs, très affectés par des épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents sont aujourd’hui particulièrement vulnérables à l’insécurité alimentaire et n'ont souvent pas d'autre solution que d'avoir recours à des stratégies d’adaptation négatives et parfois irréversibles :

  • consommation de produits de mauvaise qualité,
  • réduction des portions consommées,
  • réduction du nombre de repas par jour,
  • vente de main d’œuvre

qui conduisent à une décapitalisation des exploitations agricoles et à la dégradation de leur conditions de vie.

Grâce aux dons des parrainages, de l’Agence Française de Développement et de la Ville de Paris, Un Enfant par la Main agit dans une région rurale très enclavée, située sur les 6èmes et 5èmes sections rurales des Verrettes, où un grand nombre de familles connaissent un niveau de pauvreté extrêmement élevé qui se traduit par de sérieux problèmes d’insécurité alimentaire :

  • sous-nutrition et malnutrition,
  • taux de mortalité infantile très élevés ,
  • taux de scolarisation très faibles.

Pour promouvoir l’agriculture durable et lutter contre la faim dans cette zone, Un Enfant par la Main agit sur 3 axes :

  • construction de petites infrastructures permettant la maîtrise de l’eau, et le désenclavement et la distribution de revenus immédiats aux agriculteurs ;
  • diversification et sécurisation des productions agricoles, grâce à des pratiques agroécologiques, pour améliorer la sécurité alimentaire des exploitations et leur résilience;
  • renforcement des compétences locales, notamment par le biais du renforcement de deux associations locales et l’implication des acteurs de la société civile et des autorités locales dans la connaissance et la définition d’actions innovantes et durables.

A l’issue du projet il est prévu que plus de 1300 agriculteurs et leurs familles diversifient et sécurisent leurs productions agricoles et leurs sources de nourriture.

 

Je laisse l'Association choisir le pays de mon filleul
Je parraine
en donnant tous les mois
25€
28€
30€

Objectif de développement durable numéro 2: Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l'agriculture durable

Assurer la sécurité alimentaire

Les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont pour objectif de relever les défis urgents auxquels notre monde est confronté sur le plan écologique, politique et économique. Ces objectifs ont vu le jour lors de la Conférence de Rio sur le développement durable en 2012. Ils ont été adoptés en septembre 2015 par les Nations Unies (193 pays signataires) dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement. 

Si aucun Objectif de Développement Durable ne cible spécifiquement les droits de l’enfant, ceux-ci sont traités de manière transversale et de nombreuses concordances existent entre les ODD et la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (CIDE), ratifiée par la France en 1990.

Investir en faveur des enfants est un moyen fondamental d’éliminer la pauvreté.

L’article 27.1 de la CIDE dispose que « Les Etats parties reconnaissent le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social ». 

Il est essentiel d’offrir aux enfants un environnement favorable à la pleine réalisation de leurs droits et au plein épanouissement de leurs compétences afin qu’ils puissent, dans un cercle vertueux, contribuer ensuite à leur tour au développement de la société et éradiquer la pauvreté.

Quels sont les objectifs ?

F_2016_SDG_Poster_all_sizes_without_UN_emblem
  1. PAS DE PAUVRETÉ : Éliminer l’extrême pauvreté et la faim
  2. FAIM ZÉRO : Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable
  3. BONNE SANTÉ ET BIEN-ÊTRE : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge
  4. ÉDUCATION DE QUALITÉ : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie
  5. EGALITE DES SEXES : Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles
  6. EAU PROPRE ET ASSAINISSEMENT : Garantir l’accès de tous à l’eau et l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau
  7. ÉNERGIE PROPRE A UN COÛT ABORDABLE : Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable
  8. TRAVAIL DÉCENT ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE : Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous
  9. INDUSTRIE, INNOVATION ET INFRASTRUCTURES : Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourage l’innovation
  10. INÉGALITÉS RÉDUITES : Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre
  11. VILLES ET COMMUNAUTÉS DURABLES : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables
  12. CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES : Établir des modes de consommation et de production durables
  13. LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES : Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions
  14. VIE AQUATIQUE : Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable
  15. VIE TERRESTRE : Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre les désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité
  16. PAIX, JUSTICE ET INSTITUTIONS EFFICACES : Promouvoir l’avènement des sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.
  17. PARTENARIATS POUR LA RÉALISATION DES OBJECTIFS

Source : The Global Goals For The Sustainable Development

Share This
Faire défiler vers le haut