Aller au contenu

Covid-19 : La situation dans nos pays d’intervention ! 

William parrain de Wilmer, Evelyn, Alexis et Juliana

William parrain de Wilmer, Evelyn, Alexis et Juliana
William Pralong s’investit depuis 6 ans au sein de l’association.

Salarié au sein de la Direction de la poste de Midi-Pyrénées Nord, William évoque les raisons qui lui ont donné envie de parrainer des enfants démunis.

En 2010, William, sa femme et ses enfants ont décidé de parrainer Wilmer, un jeune garçon qui vit à Tegucigalpa au Honduras.

Heureux de ce parrainage, ils accompagnent aujourd’hui 3 autres enfants toujours en Amérique Latine.

Pourquoi parrainer en Amérique Latine ? William nous en parle

J’ai découvert « Un Enfant par la Main » il y a 6 ans alors que je recherchais comment faire des dons réguliers à des associations caritatives.

Un Enfant par la Main m’est apparu comme une évidence pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, l’association se donne pour mission principale d’aider les enfants mais pas seulement.

En menant des actions pour améliorer leurs conditions de vie, leur santé, leur scolarité, elle œuvre également au développement économique de leurs familles.

Deuxièmement, elle propose un soutien dans la durée. Il ne s’agit pas uniquement de répondre à des situations d’urgence mais de construire petit à petit une situation meilleure et pérenne pour les enfants et les communautés aidées.

En troisième lieu, et c’est là un point important, « Un Enfant par la Main » permet de créer du lien entre les parrains et les filleuls grâce à l’échange de courrier et à l’organisation de visites.

Je dispose ainsi de plusieurs centaines de lettres, de dessins et de photos qui sont autant de rayons de soleil qui me viennent de Bolivie, du Honduras, du Costa Rica ou d’Equateur.

Afin de mettre un visage sur un nom, les parrains peuvent aller à la rencontre des enfants, et de leurs familles.

Je n’ai pas pu réaliser le projet de prendre quelques mois sabbatiques pour faire le tour de l’Amérique Latine avec mes enfants et aller à la rencontre de mes filleuls et de leurs familles, mais je ne renonce pas à l’idée de partir plusieurs mois pour aller découvrir ces pays qui me font rêver et surtout pour embrasser nos filleuls.

Car Wilmer, Evelyn, Alexis et Juliana font aujourd’hui partie de ma famille.

Pour seulement quelques euros par mois (après déduction fiscale) c’est une aventure qui mérite vraiment d’être vécue !

Share This
Faire défiler vers le haut