Marie-Yolène, agricultrice

Marie-Yolène a 35 ans, elle est haïtienne et habite le petit village de Remonsin, situé en partie sommitale de la grande chaîne montagneuse des Matheux. Dernière fille d’une fratrie de 8 enfants, son père a quitté la maison à sa naissance pour s’installer dans une région voisine, où il a fondé une autre famille à laquelle il transmettra ses biens. Avec son mari, issu d’une famille modeste et privé d’héritage du fait des conflits familiaux, ils ont bâti une maison sur un petit espace derrière la maison de la mère de Marie-Yolène.

Marie-Yolène a deux enfants, l’ainé à neuf ans et le second sept ans. Pendant plusieurs années suite à la naissance du second, elle s’est rendu à l’hôpital le plus proche, situé à trois heures de marche à pied, afin de suivre un programme de planning familial, souhaitant avoir les moyens d’élever au mieux ses deux enfants.

Sur des terres qu’elle loue annuellement, à l’aide de sa famille, elle cultive les cultures traditionnelles de la région : le maïs et le haricot. Chaque matin, à l’aide de ses enfants avant qu’ils partent à l’école, elle approvisionne la maison en eau en se rendant à la source située à une demi-heure de marche. Pendant ce temps, son mari fait partie d’un groupe d’agriculteurs qui s’entraident pour les travaux des champs.

A partir du début de la saison sèche, dès novembre, quand le climat ne permet plus le travail des terres de la région, son mari descend dans la vallée travailler dans les rizières durant plusieurs semaines. Il génère ainsi un petit revenu monétaire pour faire vivre la famille et acheter des semences pour le début de la saison agricole, à l’arrivée des premières pluies, au mois d’avril. Pendant les mois secs, Marie-Yolène passe plusieurs heures par jour pour réaliser les corvées d’eau : les sources proches sont sèches et il lui faut se rendre à des points d’eau plus éloignés et plus difficiles d’accès.

Au printemps 2016, grâce à l’appui d’ESF, Marie-Yolène a décidé de semer des carottes et des tomates sur une petite parcelle louée près de sa maison. La parcelle est de petite taille car il est impératif qu’elle et son mari continuent dans le même temps à cultiver du maïs et des haricots pour l’alimentation de la famille. La récolte a eu lieu en août, Marie-Yolène et sa famille ont récolté plusieurs sacs de carottes. qui ont été vendus à des marchandes voisines qui les ont commercialisés dans la vallée. Grâce au revenu de la vente de ces productions, Marie-Yolène pourra acheter de nouvelles semences en avril prochain et faire face plus sereinement aux besoins alimentaires de sa maison suite à la naissance de son prochain enfant. Car oui, depuis ce printemps, Marie-Yolène est enceinte !

Témoignage recueilli avant le 10 juin 2017. Date à laquelle Enfants sans Frontières a rejoint Un Enfant par la Main.

Share This