Aller au contenu

Covid-19 : La situation dans nos pays d’intervention ! 

Alexia, marraine au Vietnam témoigne

alexia, marraine au Vietnam

alexia, marraine au Vietnam

Alexia, 45 ans est marraine d’une petite fille au Vietnam.
Maman de 3 grands garçons et infirmière-puéricultrice dans une maternité de la région Nantaise, elle témoigne de son expérience et de son engagement auprès d’Un Enfant par la Main. 

Comment avez-vous connu l’association ?

C’est en faisant des recherches sur internet que j’ai découvert cette association.
Je ne connaissais pas du tout, et je n’en avais jamais entendu parler.
Le site m’a plu et a répondu directement à mes questions.

Pourquoi avoir choisi de parrainer un enfant? 

J’avais envie d’aider une communauté, et plus particulièrement un enfant et sa famille. C’est pour cela que j’ai choisi de parrainer.

Je fais, en plus, régulièrement des dons à l’association. Par exemple l’an dernier, j’ai pu offrir 3 blousons à des enfants au Vietnam.

Depuis quand parrainez-vous des enfants ?

Je me suis lancée dans le parrainage il y a 2 ans et demi. J’y pensais depuis quelques années, sans jamais avoir pris le temps de me renseigner et de le faire.

J’avais une idée très précise : je souhaitais aider une petite fille, la plus jeune possible, au Vietnam car c’est un pays que j’aime et qui me tient à cœur.

Pourquoi avoir choisi Un Enfant Par La Main ?

Après mes recherches sur internet, j’ai voulu en savoir plus sur cette association.
J’ai appelé aussitôt. Je me souviens, c’était un vendredi. La personne au standard a répondu à mes questions.

J’ai pris le week-end pour y réfléchir et en parler à ma famille, car j’avais besoin du “feu vert” de mon mari et de mes garçons ! Je voulais que tout le monde vive à sa manière ce parrainage.

Le lundi, je téléphonais à la personne responsable des parrainages : j’avais besoin d’échanger sur mon projet, mon envie d’investissement…
Elle m’a bien écoutée, expliqué et répondu à mes attentes.

J’ai été ravie de cet échange et rassurée ! J’allais pouvoir devenir marraine.

Comment se déroulent les échanges avec votre filleule ?

Les échanges se font par voie postale, à raison de 3 à 4 fois par an. Je lui envoie des cartes, avec des vêtements, gommettes, crayons…

C’est son papa qui me répond car elle ne sait pas encore écrire. Lors du dernier courrier, j’ai eu la chance de recevoir une photo d’elle ! J’étais trop contente !

Je lui écris en Français, lui en Vietnamien, et nos correspondances sont traduites par des bénévoles.

Par le biais de l’association, je peux aussi envoyer un bon pour un cadeau, en précisant ce que je souhaite offrir ainsi que le montant.

Racontez-nous votre meilleure souvenir de parrainage ?

Mon meilleur souvenir ?! La rencontre en Mai 2018 au Vietnam de ma filleule Huong et son papa ! La rencontre s’est faite au sein de son école. Elle nous a fait des danses et des chants, accompagnée de sa maîtresse. Nous avons visité son école, toutes les classes de maternelle et fait la distribution de gâteaux à tous les enfants.

J’ai pu profiter d’elle pendant quelques heures et déjeuner avec eux et ma famille. Tout avait été organisé en amont avec l’association et Childfund Vietnam.

Que diriez-vous aux personnes souhaitant devenir parrain/marraine ?

Si vous le souhaitez… Foncez ! Vous ne serez pas déçus. 

Mon rêve ? Ou plutôt mes rêves ?! Pouvoir rencontrer de nouveau Huong dans quelques années, voir son évolution. Et pouvoir parrainer d’autres enfants dans d’autres pays, afin de les aider à mon niveau.

 

Share This
Faire défiler vers le haut