Skip to content

30 ans de droits : Unir nos forces pour garantir les droits de l’enfant et mettre fin à toutes formes de violence !

Histoires: enfants, communautés, avenir
20 novembre: Journée mondiale des droits de l'enfant

30 ans d’existence de la convention de droits de l’enfant (CIDE) et un programme inachevé !

Unir nos forces pour garantir les droits de l’enfant et mettre fin à toutes formes de violence !

Cette année, la Convention célèbre son 30ème anniversaire.
Bien que de réels progrès aient été accomplis au niveau global, la situation des enfants qui représentent 36% de la population mondiale, continue d’être alarmante :

  • 1 enfant sur 4 dans le monde vit dans un pays en conflit ou ravagé par des bouleversements majeurs ;
  • Près de 50 millions de filles et de garçons ont dû fuir de chez eux en raison de violences, de la pauvreté ou de catastrophes naturelles ;
  • Au moins 200 millions de filles et de femmes en vie aujourd’hui ont subi des mutilations génitales dans 30 pays ;
  • 12 millions de filles sont mariées chaque année dans le monde ;
  • 258 millions d’enfants et d’adolescents n’avaient pas accès à l’école en 2018.

Nous devons faire preuve d’un grand sens de l’urgence. Trente ans après l’adoption de la CIDE, où en sommes ? Nous devons faire plus, mieux et plus vite pour nous assurer qu’aucun enfant n’est laissé pour compte. Najat Maala M’jid, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la Violence contre les enfants.

Chaque jour, la violence détruit la vie de millions d’enfants sans qu’un tel drame n’éclate au grand jour.
La violence faite aux enfants est un problème majeur qui n’a pas de frontières, de classe, de culture, de genre, de situation économique.
Plus d’un milliard d’enfants sont exploités et subissent des violences chaque année. Aucun enfant n’est à l’abri des violences et ce peu importe où qu’il vive et quel qu’il soit.

Aucun enfant ne doit être laissé pour compte, il en relève de la responsabilité de tous, à commencer par les Etats – signataires notamment de la Convention des droits de l’enfant, – en s’engageant à prendre les mesures pour interdire toute forme de violence à l’encontre des enfants. Car rappelons-le, premier instrument de loi à traiter directement de la protection de l’enfant contre la violence, la Convention des droits de l’enfant, article 19, oblige les Etats à prendre « toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant conte toutes formes de violence, d’atteinte, ou de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu’il est sous la garde de ses parents ou de l’un d’eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié ».

Comprendre les différents aspects de la violence faite aux enfants est primordial à la création d’un monde où les enfants seront protégés. Cependant, il est difficile de mener des actions, si nous ne savons pas ce que les enfants pensent.

Afin de créer un monde sans violence, il est essentiel d’intégrer la voix et l’opinion des enfants. En effet, la participation des enfants aux décisions est un principe directeur de la Convention internationale des droits de l’enfant mais bien souvent peu appliqué. Les enfants et les jeunes doivent être associés à l’ensemble des décisions.

Un Enfant par la Main travaille avec et pour les enfants. Nous sommes convaincus que cela nous permettra d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD) de façon plus efficace et plus pérenne.  Pour rappel, les l’agenda 2030 qui porte les ODDest un programme universel pour le développement durable. Il porte l’ambition de transformer notre monde en éradiquant la pauvreté et les inégalités en assurant sa transition écologique et solidaire à l’horizon 2030.

Dans l’étude « Small Voices, Big Dreams » menée par le réseau ChildFund Alliance auquel appartient Un Enfant par la Main, près de 5500 filles et garçons dans 15 pays ont partagé leur vision sur la violence faite aux enfants.

Les enfants nous partagent leur perception de la violence

Les enfants qui ont participé à ce sondage disent clairement que les adultes qui sont censés les protéger, sont parfois ceux qui leur font du mal.

En conséquence de cela, les enfants ne font pas toujours confiance aux adultes qui sont responsables d’eux.
Ils ne se sentent pas toujours en sécurité, même dans des endroits crées et occupés par les enfants.
Avoir peur, avoir un manque de confiance en soi, se sentir seul et souffrir ne sont qu’un aperçu des émotions que les enfants ont décrit concernant le grand nombre de violences qui est présente dans leurs vies.

Les enfants ont le droit inhérent d’accomplir leur potentiel intégral, cependant ceci ne peut avoir lieu que s’ils vivent dans des environnements qui ne présentent pas de formes de violences.
En tant que réseau global de 11 organisations de développement, qui se focalise sur les enfants, qui aide près de 13 millions d’enfants et leurs familles dans plus de 60 pays, ChildFund Alliance travail pour et avec les enfants, pour prévenir la violence faite aux enfants à tous les niveaux.

On a joué un rôle important dans l’intégration d’un objectif indépendant dans les Objectifs du Développement Durable (objectif 16.2), pour arrêter la violence faite aux enfants.
De plus, nous encourageons continuellement la participation des enfants aux décisions qui les affectent.

Cette année, la convention des droits de l’enfance des Nations Unies aura 30 ans, à cette occasion, nous pouvons et nous devons faire mieux pour les millions d’enfants négligés.
Quand il s’agit d’accomplir des changements durables, nous avons une responsabilité morale, légale et économique d’agir davantage.
Les enfants font une majeure partie du changement social qui est essentiel à l’aboutissement d’un monde sans violence. On veut qu’ils soient des acteurs du changement.

Les droits des enfants face à la violence

Unir nos forces pour garantir les droits de l’enfant et mettre fin à toutes formes de violence !

De manière générale et spontanée, les enfants sont parfaitement conscients de leurs droits.
• Plus de 7 enfants sur 10 affirment qu’à l’instar des adultes tous les enfants disposent de droits qui leur sont propres.
• Mais près de la moitié des enfants déclarent ne pas connaître le Convention relative aux droits de l’enfant.

Les plus grands doivent écouter les paroles des enfants. Karan, 12 ans- Inde

Les manifestations de la violence et leurs causes

Il y a des violences qui font mal, mais qui sont invisibles.
Les abus sexuels, la violence physique, la participation à la guerre ou au crime organisé sont des exemples exprimés par 80% des enfants.
L’humiliation, la discrimination, la difficulté pour les filles d’être libres de décider de leur vie ou le manque d’accès aux services de base sont également identifiés comme des formes de violences. La violence physique et sexuelle apparaît parmi les formes de violence les plus fréquemment mentionnée dans tous les pays.
Certaines violences s’exercent davantage lorsque l’on vit dans des conditions précaires.
En effet, des formes plus structurelles de violences, liées à des environnements de privation et d’insécurité, tels que le travail des enfants, la privation matérielle et le manque d’accès aux services de base sont davantage présentes dans les pays où le niveau de développement humain est plus faible et le taux d’inégalité plus élevé.
D’autres formes de violences sont largement identifiées par les filles, à l’image du harcèlement sexuel, du travail domestique et du mariage forcé.

 Quand je vais chercher de l’eau aux puits éloignés du village, il y a plus de risques. Shaurya, 11 ans, Inde.

Les causes de la violence

Unir nos forces pour garantir les droits de l’enfant et mettre fin à toutes formes de violence !

• L’incapacité des enfants à se défendre pour 6 enfants sur 10,
• 52% des enfants attribuent les causes de la violence à l’abus de drogue ou d’alcool consommés par les adultes qui conduisent à leur perte de contrôle,
• Pour 47% des enfants, cela peut aussi être dû au fait que les adultes, pendant leur enfance ont été maltraités.

Se sentir pris en charge et accompagnés, vivre une enfance épanouie avec des parents qui les aiment et former les adultes sur les droits de l’enfant sont les principales solutions proposées par les enfants, quel que soit le contexte géographique dans lequel ils évoluent. Afin d’éviter la violence, les enfants soulignent la nécessité de pouvoir compter sur le soutien, l’aide et la confiance de leurs parents, des êtres qui leur sont chers et de leur communauté. Ils affirment avoir besoin de soins, d’amour…

Vos parrainages sont des preuves de soutien, et d’encouragement qui participent à ce sentiment de bien-être et de sécurité !

Un Enfant par la Main, à travers son engagement au sein du Groupe Enfance souhaite que la France poursuive et développe son aide aux enfants.
Il est important de veiller à ce que le respect de tous les droits de l’enfant fasse l’objet d’une attention particulière, constante et soutenue, pour atteindre efficacement les 17 objectifs de développement durables qui sont un appel mondial à agir pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et permettre à tous les êtres humains de vivre dans la paix et la prospérité.

Eclairage sur nos actions pour protéger les enfants

Unir nos forces pour garantir les droits de l’enfant et mettre fin à toutes formes de violence !

 

  • La sensibilisation des familles aux enjeux liés à la protection de l’enfant afin de faire changer les mentalités,
  • L’information des enfants sur leurs droits pour qui’ils puissent être en capacité de les défendre et de les revendiquer
  • La mise en place de clubs pour enfants pour écouter la parole des enfants,
  • La mise en place de centres de réconfort lors de catastrophes, pour prendre en charge les victimes de violences, accompagner les enfants des rues,
  • La lutte contre le travail des enfants, l’excision et les mariages forcés,
  • La scolarisation des filles pour lutter contre les discriminations, sans oublier les garçons,
  • L’accompagnement des mères pour qu’elles prennent soin de leurs enfants,
  • L’enregistrement des enfants à la naissance pour qu’ils aient une identité.

Plus de 30 000 enfants parrainés depuis 1990

Share This
Scroll To Top