Aller au contenu

Éthiopie : donnez pour reconstruire quatre écoles du Tigray post conflit

Éthiopie : donnez pour reconstruire quatre écoles du Tigray post conflit
1
Donateur
100
sur 24 000
7 mois et 1 jour
Pour vous mobiliser
Je fais un don maintenant
Comment bénéficier d’une déduction fiscale ?

L’éducation est essentielle pour les enfants du Tigray en période de crise humanitaire

Éthiopie : donnez pour reconstruire quatre écoles du Tigray post conflit

École endommagée visée par de l’artillerie lourde

Après plus de deux ans de conflit armé, une paix relative est revenue dans la région du Tigray, au nord de l’Éthiopie.

Les enfants ont été les premières victimes des conséquences dévastatrices de cette guerre civile, qui a touché plus de 20 millions de personnes, entraîné la fermeture de plus de 7 000 écoles et privé de scolarisation près de 1,5 million d’enfants.

Le conflit prolongé a également exposé les enfants à un risque important de violences et d’abus, les structures qui les protègent et favorisent leur développement ayant été endommagées.

Le niveau de pauvreté s’est aggravé dans les zones urbaines comme rurales, causant le déplacement de plus d’un million d’habitants dans le pays et nécessitant une assistance d’urgence.

Les cinq années consécutives de sécheresse dans le sud du pays ont exacerbé une situation déjà désastreuse :

  • Pertes de récoltes,
  • Insécurité alimentaire,
  • Pénurie d’eau,
  • Malnutrition infantile,
  • Hausse des prix des denrées de base,
  • Déscolarisation accrue.

De nombreux parents ne peuvent plus assurer l’éducation de leurs enfants, notamment en raison de la détérioration de leurs moyens de subsistance.
Le secteur le plus touché par le conflit est l’éducation, avec environ 85 % des infrastructures scolaires endommagées nécessitant une rénovation urgente.

Les enfants ont été exposés à la violence, l’exploitation, et certains ont été séparés de leur famille ou ont subi des traumatismes.
Le manque de soutien psychologique adéquat a laissé les élèves, enseignants et communautés scolaires avec des traumatismes psychologiques durables.
La privation de nourriture, d’eau et les déplacements récurrents ont éloigné les élèves de l’école, compromettant leur protection et leur développement.

Les écoles sont restées fermées depuis 2020 en raison de la pandémie de COVID-19 et du conflit armé, privant plus de 2,3 millions d’enfants, dont 1,8 million de filles, d’éducation pendant trois années consécutives.

Notre projet: aider les enfants à retrouver un équilibre après un conflit

Éthiopie : donnez pour reconstruire quatre écoles du Tigray post conflit

Sanitaires endommagés par des armes lourdes

En 2024, Un Enfant par la Main et son partenaire local ChildFund Ethiopia, continueront de soutenir et venir en aide aux enfants et aux communautés des Woredas Kilte Awulaelo, Geter Atsbi et Tesirae Womberta dans la région du Tigray.

Afin d’apporter une réponse durable et pérenne pour :

  • Mener de nouveau les enfants sur les bancs de l’école : 4 écoles soutenues par le projet seront réhabilitées (nouvelles portes, fenêtres, maintenance des toits, nouveau mobilier, réaménagement des espaces d’apprentissage etc.),
  • Favoriser la santé mentale et psychologique des professeurs et des enfants, souffrant de stress post-traumatique et améliorer les conditions d’apprentissage des élèves : les enseignants seront formés aux premiers secours psychosociaux ainsi qu’aux programmes d’apprentissage par le jeu,
  • Lutter contre la malnutrition et l’insécurité alimentaire aiguë : un programme d’alimentation scolaire pour les enfants sera également mis en place.

Les résultats attendus : 8213 hommes, femmes et enfants se reconstruisent progressivement

  • 2294 enfants ont accès à une éducation de qualité et évoluent dans de meilleures conditions,
  • Les enfants et leurs communautés bénéficient d’une meilleure sécurité alimentaire, notamment grâce à la distribution de biscuits à haute teneur en énergie aux enfants,
  • Les ménages les plus vulnérables impactés par le conflit et les catastrophes naturelles sont plus résilients,
  • Le projet s’inscrit dans le temps, avec une participation active des enfants et l’engagement des autorités locales, notamment le Bureau de l’éducation, le Bureau des femmes et des enfants, le Bureau de réduction des risques de catastrophes de la Woreda et les administrations des kebeles,
  • L’implication des familles, de l’école et des structures communautaires renforce la capacité de la communauté locale à soutenir le développement des enfants.