Aller au contenu

Urgence Haïti-Tremblement de terre : Des enfants, des femmes et des hommes ont tout perdu et comptent sur nous !

Objectif de développement durable numéro 8 : Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

Permettre l’accès de tous à un travail décent : pourquoi est-ce important ?

760px × 460px – image dans page Word press-2

L’objectif de développement durable n°8 vise à garantir le plein emploi productif et un travail décent à l’ensemble de la population.

En effet, disposer d’un travail décent constitue une échappatoire à la pauvreté. Toutefois, si depuis deux décennies le nombre de travailleurs vivant dans une situation d’extrême pauvreté a fortement diminué dans les pays en développement, il existe encore de nombreuses disparités dans le domaine.

En effet, 60% des personnes en âge de travailler dans le monde ont un emploi dans le secteur informel, ce qui les expose davantage à la pauvreté et menace leurs droits fondamentaux.

En parallèle, la crise sanitaire est venue :

  • compromettre la croissance,
  • aggraver les risques externes,
  • creuser les inégalités déjà bien ancrées.

L'interruption de nombreuses activités économiques a fait basculer des millions de personnes dans l’inactivité et le chômage. Beaucoup sont confrontés à la faim et à des conditions de vie difficiles en l'absence d'un salaire journalier.

Par ailleurs, lorsque la contraction de l’économie diminue les perspectives d’emploi des parents, les enfants peuvent alors être forcés d’exercer un travail dangereux et se retrouver dans des situations d’exploitation.

Dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (CIDE), la lutte contre l’exploitation économique tient une place importante : « Les États parties reconnaissent à tout enfant le droit de bénéficier de la sécurité sociale […]. » (article 23), « Les États parties reconnaissent le droit de l’enfant d’être protégé contre l’exploitation économique […]. » (article 32) et « Les États parties protègent l’enfant contre toutes autres formes d’exploitation préjudiciables à tout aspect de son bien-être. » (article 36).

Garantir un travail décent à l’ensemble de la population signifie protéger les enfants contre toute forme de travail forcé et d’exploitation économique. Les enfants représentent souvent la main d’œuvre la plus disponible au sein des ménages. C’est ainsi que, en raison des vulnérabilités socio-économiques de leurs familles, certains enfants se retrouvent dans l’obligation de les soutenir financièrement en travaillant.

A titre d’exemple, dans le monde, 152 millions d’enfants âgés de moins de 15 ans travaillent (Organisation Internationale du Travail). Le travail des enfants, en particulier dans ses pires formes [1],contrevient aux normes de la CIDE, négligeant ainsi leurs droits. Les ODD constituent donc un puissant levier de changement, nécessaire pour la traduction concrète des droits des enfants.  

[1] Convention OIT no 182, article 2,  incluant le trafic d'enfants, le travail forcé ou en remboursement d’une dette, la participation des enfants à des conflits armés (en tant qu’enfants soldats, porteurs…), l’exploitation sexuelle par la prostitution et la pornographie ainsi que les activités illicites comme le trafic de drogue.

Quelques chiffres 

  • Parmi les 152 millions d’enfants âgés de moins de 15 ans travaillant dans le monde, 115 millions exercent des activités dangereuses,
  • Le taux de chômage chez les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) a atteint 13% en 2014, soit 3 fois plus que le taux pour les adultes,
  • Le taux d’activité des femmes sur le marché du travail est de 63% contre 94% pour les hommes,
  • Les femmes continuent de consacrer 2,6 fois plus de temps que les hommes aux tâches domestiques non rémunérées,
  • L’écart de rémunération entre hommes et femmes dans le monde est de 23%,
  • En 2017, 300 millions de travailleurs vivaient dans une situation d’extrême pauvreté (moins de 1,9$/jour),
  • Seulement 29% de la population mondiale bénéficie d’une sécurité sociale complète,
  • L’Afrique est la région où le plus grand nombre d’enfants travaillent: 72 millions (presque 20 % des enfants) exercent un travail qui contrevient aux normes internationales. Parmi eux, 31,5 millions, soit 8,6 % des enfants, effectuent un travail dangereux,
  • Plus des deux tiers des enfants dont le travail contrevient aux conventions internationales sont employés par leur famille et ne sont pas rémunérés. Seuls 27 % occupent des emplois salariés et 4 % sont considérés comme des travailleurs indépendants,
  • L’agriculture arrive en tête des secteurs qui emploient des enfants. Elle occupe 108 millions d’enfants, soit 71 % des enfants employés illégalement, souvent dans des conditions de travail dangereuses.

Les enjeux d’ici 2030

Afin de réaliser l’ODD 8, plusieurs cibles ont été fixées pour 2030 :

  • maintenir un taux de croissance adapté au contexte national,
  • parvenir à un niveau élevé de productivité économique,
  • améliorer l’efficience de l’utilisation des ressources mondiales,
  • parvenir au plein emploi productif,
  • garantir à toutes les femmes et à tous les hommes un travail décent et un salaire égal,
  • réduire la proportion de jeunes sans emploi,
  • supprimer le travail forcé (et notamment le travail des enfants), etc.

De réels progrès ont été réalisés au cours de ces 25 dernières années, notamment concernant la diminution du nombre de travailleurs en situation d’extrême pauvreté et l’augmentation du nombre de femmes présentes sur le marché du travail.

Malheureusement, la pandémie de COVID-19 et ses conséquences directes (fermeture des écoles et perte d’emploi) ont poussé de nombreuses familles à se tourner vers le secteur informel et à mobiliser les enfants pour subvenir aux besoins accrus des foyers en difficulté.

Il faudra donc attendre encore plusieurs décennies avant de voir ce fléau disparaitre et d’être en mesure de garantir le plein emploi et un travail décent pour tous.

Je laisse l'Association choisir le pays de mon filleul
Je parraine
en donnant tous les mois
25€
28€
30€

Le parrainage d’enfant, un levier pour éliminer la pauvreté

L'aide apportée grâce au parrainage permet aux familles d'avoir un quotidien plus serein. Cet argent permet par exemple d'éviter aux enfants de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille. L'argent provenant du parrainage permet aux familles d'acheter des fournitures scolaires à leurs enfants pour qu'ils poursuivent leur scolarité !

J’ai rejoint les formations de préparation à l’emploi organisées par ChildFund Indonésie. Depuis, j’ai plus confiance en moi, une meilleure mentalité dans le travail et je suis déterminé à réussir. Je sais aussi comment gérer un entretien d’embauche et comment bien communiquer. Tout cela m’aide au quotidien pour faire face aux responsabilités de mon poste. J’espère acquérir de nouvelles compétences comme barman, pâtissier et caissier. Le travail m’a permis de m’ouvrir sur le monde extérieur et d’apprendre énormément. Je veux être un comptable et projette de m’inscrire à l’université l’année prochaine. Je ferai tout pour que mes rêves deviennent réalité.

Bayu, bénéficiaire d'une formation

Les objectifs de développement durable en action

1

Le Vietnam compte parmi les pays les plus pauvres avec 16,9% de sa population vivant avec moins de 1,25$ par jour. Les jeunes issus de milieux défavorisés sont les plus touchés par cette situation, particulièrement à Hué où plus de 800 jeunes sont livrés à eux-mêmes, vivant dans la rue dans des situations très précaires.

C’est pourquoi, en 2009, Un Enfant par la Main, a initié un projet de formations professionnelles d’une durée de 2 à 3 ans, avec le soutien des autorités locales. Ces formations en apprentissage dans divers corps de métiers (menuiserie, sculpture sur bois, mécanique, couture, etc.) ont pour but d’offrir de nouvelles perspectives aux jeunes des rues en contribuant à leur réinsertion professionnelle. Depuis le début du projet, 38 jeunes ont trouvé un métier grâce aux compétences acquises au cours de leur apprentissage.

Aujourd’hui, le projet continue et Un Enfant par la Main soutient 9 nouveaux jeunes qui se forment aux métiers de la mécanique, de la peinture sur soie, de la coiffure, de la cuisine, etc.

3

Dans la région de la Chaîne des Matheux en Haïti, les jeunes agriculteurs font face à des conditions de vie difficiles, et arrivent difficilement à subvenir aux besoins de leur famille grâce à leur seule rente agricole.

De même, les jeunes ayant arrêté leurs études pour des raisons financières ont de plus en plus de difficultés à accéder au marché du travail.

C’est pourquoi, en 2019, dans le cadre d’un projet d’aménagement de bassins versants, Un Enfant par la Main a mis en place des formations à la maçonnerie destinées aux jeunes agriculteurs et aux fils d’agriculteurs de la région ayant stoppé leur scolarité. Ces apprentis, choisis parmi les plus motivés, ont ainsi pu découvrir les pratiques basiques de la maçonnerie : prise de mesures, utilisation des outils de construction, calcul de devis, etc. Ces formations, animées par un maçon lui-même formé sur un chantier, ont permis d’offrir à ces jeunes l’opportunité d’associer à leur activité agricole, la pratique de la maçonnerie.

Grâce à ce projet, des attestations de formation à la maçonnerie sur chantier ont été délivrées à 20 jeunes agriculteurs de la région qui ont ainsi pu compléter leurs revenus agricoles.

2

En Indonésie, le faible niveau de qualification des jeunes est un réel problème qui affecte leurs opportunités d’emploi et le développement du pays.

En effet, 97% des enfants terminent les 9 années de scolarité obligatoire mais seulement 23% d’entre eux continuent leurs études dans le domaine tertiaire en raison du coût de scolarité mais également du manque d’informations.

C’est pourquoi, en 2017, Un Enfant par la Main s’est engagée auprès de son partenaire local ChildFund Indonésie à soutenir l’intégration des jeunes dans la société et leur autonomisation financière par le financement de bourses. Des campagnes de communication ont été mises en place afin d’informer les jeunes sur les formations disponibles pour compléter leur apprentissage mais également sur les stages et emplois offerts par des entreprises.

Afin de compléter les connaissances des jeunes concernant le marché du travail, des formations sur la préparation à l’emploi, les opportunités d’emploi pour les femmes, l’informatique, etc. ont été proposées et organisées par ChildFund Indonésie. Les jeunes ont ensuite été mis en relation avec des entreprises proposant des formations professionnelles afin d’acquérir de nouvelles qualifications, nécessaires sur le marché du travail.

A l’issue de ces formations professionnelles, 45 jeunes ont signé un contrat d’une durée de 1 an et bénéficient d’une assurance santé et d’une assurance prévoyance.

Je laisse l'Association choisir le pays de mon filleul
Je parraine
en donnant tous les mois
25€
28€
30€

Quels sont les objectifs ?

F_2016_SDG_Poster_all_sizes_without_UN_emblem
  1. PAS DE PAUVRETÉ : Éliminer l’extrême pauvreté et la faim
  2. FAIM ZÉRO : Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable
  3. BONNE SANTÉ ET BIEN-ÊTRE : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge
  4. ÉDUCATION DE QUALITÉ : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie
  5. EGALITE DES SEXES : Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles
  6. EAU PROPRE ET ASSAINISSEMENT : Garantir l’accès de tous à l’eau et l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau
  7. ÉNERGIE PROPRE A UN COÛT ABORDABLE : Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable
  8. TRAVAIL DÉCENT ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE : Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous
  9. INDUSTRIE, INNOVATION ET INFRASTRUCTURES : Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourage l’innovation
  10. INÉGALITÉS RÉDUITES : Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre
  11. VILLES ET COMMUNAUTÉS DURABLES : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables
  12. CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES : Établir des modes de consommation et de production durables
  13. LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES : Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions
  14. VIE AQUATIQUE : Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable
  15. VIE TERRESTRE : Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre les désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité
  16. PAIX, JUSTICE ET INSTITUTIONS EFFICACES : Promouvoir l’avènement des sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.
  17. PARTENARIATS POUR LA RÉALISATION DES OBJECTIFS

Source : The Global Goals For The Sustainable Development

Share This
Faire défiler vers le haut